Erdogan sauvé par ses amis Américains

16 Juillet 2016

 

http://www.tunisie-secret.com/Erdogan-sauve-par-ses-amis-Americains_a1625.html

Les militaires nationalistes devaient mettre fin à la dictature des Frères musulmans en Turquie mais l’intervention de l’aviation de l’OTAN a fait échouer ce projet de redressement entrepris par des kémalistes.


Le Frère musulman Erdogan sauvé par le Frère Barack Hussein Obama.

Le Frère musulman Erdogan sauvé par le Frère Barack Hussein Obama.
Dans la nuit de vendredi à samedi, la panique s’est emparée d’Istanbul et d’Ankara, après la tentative de renversement du régime islamiste, menée par des soldats nationalistes qui avaient annoncé vendredi la prise du pouvoir par l’armée en raison de l’alliance implicite entre Erdogan et les terroristes de Daech dont il recyclait le pétrole volé en Irak et en Syrie, ainsi que de la dérive dictatoriale de ce Frère musulman en costume cravate.

De nombreux Turcs sont sortis dans les rues pour manifester leur satisfaction de se débarrasser de leur tyran, alors que les affrontements faisaient rage entre les militaires nationalistes-kémalistes et les loyalistes aux Frères musulmans.

Après 18 heures d’affrontement et d’incertitude, le basculement s’est produit avec l’intervention de l’aviation de l’OTAN qui a bombardé les positions des rebelles nationalistes. Au moins 100 personnes, dont 17 policiers à Ankara, ont été tuées durant ces affrontements. Des tirs depuis des hélicoptères ont été rapportés, et des bombes ont touché le Parlement.

Des tirs et des explosions ont été également entendus dans la capitale Ankara durant toute la nuit du vendredi à samedi, alors que les grandes artères d’Istanbul et les ponts enjambant le Bosphore ont été bloqués par les militaires nationalistes.

Un total de 1563 militaires ont été arrêtés en lien avec cette tentative de renversement du régime islamiste. En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions. Le chef de l’armée, qui était pris en otage, a été libéré des rebelles nationalistes et conduit dans un lieu sûr, selon un haut responsable Turc.

Rassuré par ses amis Américains, Recep Tayyip Erdogan, qui était en vacance, a atterri à Istanbul juste avant l’aube et a déclaré que le gouvernement restait maître de la situation. De sources bien informées, Rached Ghannouchi et ses acolytes n’ont pas dormi de la nuit, la chute du régime islamiste turc signifiant leur propre fin en Tunisie dont ils ont pris le contrôle depuis 2011 grâce à la Turquie, au Qatar et aux Etats-Unis.

Le boucher d’Istanbul se savait menacé d’où sa récente tentative de rapprochement de Poutine, son opération de charme à l’égard d’Israël et sa tentative de réconciliation avec l’Egypte à laquelle le président Abdelfattah Al-Sissi a répondu par une fin de non recevoir. Le renversement du régime islamiste que les Américains ont installé en Turquie il y a près de quinze ans a certes échoué. Mais le Frère musulman Erdogan est incontestablement fragilisé et ses jours à la tête de la Turquie sont désormais comptés…comme les jours du terroriste « modéré », Rached Ghannouchi !

Lilia Ben Rejeb   

Le turc est devenu une « langue officielle de l’UE »

19 avril 2016

turquie-europe

http://www.medias-presse.info/le-turc-est-devenu-une-langue-officielle-de-lue/53023

Le turc est devenu une « langue officielle de l’UE » avant le moindre vote sur l’adhésion

Le Parlement européen a voté par 375 voix contre 133 l’initiative du président chypriote Nicos Anastasiades, qui a demandé à la présidence néerlandaise de l’Union d’ajouter le turc aux 24 langues officielles de l’UE, dans l’espoir de faciliter les efforts en faveur de la réunification de l’île.

Cette décision – qui va gonfler de 31 millions d’euros le budget annuel de l’UE – a rendu furieux les opposants, qui y voient une nouvelle preuve que l’accession de la Turquie à l’UE est « pratiquement assurée ».

En cas d’adhésion, la Turquie serait le deuxième pays le plus peuplé de l’UE après l’Allemagne, voire le premier après 2018 selon les projections. Ce qui, dans le système de majorité qualifiée, lui accorderait une prédominance.

Le revenu par habitant de la Turquie représente à peine un quart de celui du Royaume-Uni, ce qui fait craindre une immigration économique massive.

David Davis, partisan du Brexit et ancien parlementaire de l’opposition, a déclaré : « En appuyant l’adhésion de la Turquie – un pays aux frontières poreuses avec l’Irak, l’Iran et la Syrie – l’UE n’aide pas vraiment à la sécurité de la Grande-Bretagne ».

C’est la première fois qu’une langue autre que celles des Etats membres accède au statut de langue officielle de l’UE.

Source : express.co.uk

Selon un député turc, Daech se serait approvisionné en gaz sarin grace à la Turquie

Attaque au chlore en Irak. © Thaier Al-Sudani Source: Reuters
Attaque au chlore en Irak.

https://francais.rt.com/international/12156-exclusif–daech-se-serait

Selon les confessions d’un parlementaire turc à RT, la Turquie aurait permis à l’Etat islamique en Syrie de se procurer les matériaux nécessaires à la fabrication de gaz sarin.

«Des données vont dans ce sens», confie à RT Eren Erdem, principale figure de l’opposition en Turquie et membre du parti Républicain du Peuple (CHP). «Des matériaux bio chimiques sont importés de Turquie et sont assemblés dans les camps de Daech, autrefois connus en tant qu’Al Qaida Irak».

Eren Erdem ne mâche pas ses mots. Selon lui, il y aurait même matière à croire qu’Ankara tenterait de dissimuler les preuves d’un tel traffic, car elle aurait refusé d’enquêter sur les voies d’approvisionnement turques utilisées pour fournir aux terroristes les ingrédients nécessaires à la fabrication de gaz sarin.

Le gaz sarin est un agent chimique de qualité militaire, devenu tristement célèbre après avoir été utilisé dans l’attaque de la Ghouta et de plusieurs autres quartiers proches de Damas en 2013.

S’adressant aux parlementaires jeudi dernier, Erdem a exhibé la copie de l’affaire pénale numéro 2013/120 ouverte par le bureau du procureur général de la ville d’Adana dans le sud de la Turquie.

L’enquête exclusive de RT

L’enquête a révélé que des citoyens turcs ont pris part à des négociations avec des représentants de l’Etat islamique concernant l’approvisionnement en gaz sarin. Se référant à des éléments de preuve citées dans l’affaire, Erdem a démontré que des conversations téléphoniques enregistrées prouvent que Hayyam Kasap, un militant d’Al-Qaida, a acquis du gaz sarin.

«Les conversations téléphoniques ont révélé tous les détails concernant la façon dont le transfert allait être effectué» explique Erdem. «On savait comment il allait être préparé, du contenu des laboratoires jusqu’aux sources des matériaux. On savait les dates mais aussi quels camions allaient être utilisés. De A à Z, tout était discuté et enregistré, et malgré tout ça, les suspects ont été relâchés !» s’emporte Erdem.

«Tout cela a été détecté» continue Erdem. Il y a même des conversations dans lesquelles on peu clairement entendre «ne vous inquiétez pas pour la frontière, on s’en charge», et nous nous assurons aussi que la bureaucratie suit».

Se basant sur ces preuves, les autorités d’Adana ont conduit des perquisitions et arrêté 13 suspects. Mais une semaine plus tard, l’affaire était mystérieusement fermée et les suspects ont immédiatement traversé la frontière entre la Turquie et la Syrie poursuit Erdem.

«Le transfert a eu lieu», se désole Erdem. «Et il a eu lieu parce que personne ne s’est interposé».

 

  Lire la suite

Neuvième semaine de l’intervention russe en Syrie : l’Empire contre-attaque


«Voilà cinquante ans, les rues de Leningrad m’ont appris une leçon, si le combat est inévitable, frappez le premier»

Vladimir Poutine


2015-09-15_13h17_31Par le Saker original – Le 5 décembre 2015 – Source thesaker.is

Vu le succès remarquable de l’intervention russe en Syrie, du moins jusqu’à présent, ce n’aurait pas dû être une surprise que l’Empire anglosioniste contre-attaque. La seule question était de savoir comment et quand. Nous connaissons aujourd’hui la réponse.

http://lesakerfrancophone.net/neuvieme-semaine-de-lintervention-russe-en-syrie-lempire-contre-attaque/

Le 24 novembre, l’Armée de l’air turque a fait quelque chose de totalement sans précédent dans l’histoire récente : elle a délibérément abattu un avion de combat d’un autre pays même s’il était absolument évident que cet avion ne représentait aucune menace pour la Turquie et pour le peuple turc. L’internet russe regorge de fuites plus ou moins officielles sur la manière dont cela s’est passé. Selon ces versions, les Turcs ont maintenu 12 F-16 en patrouille le long de la frontière, prêts à attaquer, ils étaient guidés par des avions AWACS et couverts par des F-15 de l’US Air Force dans le cas d’une contre-attaque russe immédiate. Peut-être. Peut-être pas. Mais cela importe peu parce que ce qui est tout à fait indéniable est que les États-Unis et l’Otan se sont immédiatementappropriés cette attaque en apportant leur plein soutien à la Turquie. L’Otan a été jusqu’à déclarer qu’elle enverrait des avions et des bateaux pour protéger la Turquie comme si c’était la Russie qui l’avait attaquée. Quant aux États-Unis, non seulement ils ont totalement soutenu la Turquie, mais maintenant ils nient aussi catégoriquement qu’il y a une preuve quelconque que celle-ci achète du pétrole à Daesh. Enfin, comme on s’y attendait, les États-Unis envoient maintenant le groupe aéronaval du porte-avion Harry S. Truman en Méditerranée orientale, officiellement pour combattre Daesh mais, en réalité, pour soutenir la Turquie et menacer la Russie. Même les Allemands envoient maintenant leurs propres avions, mais avec des ordres spécifiques de ne partager aucune information avec les Russes.

Alors que se passe-t-il vraiment ?

Caricature de NaT – http://natcartoons.daportfolio.com/

C’est simple : l’Empire a correctement identifié la faiblesse des forces russes en Syrie, et il a décidé d’utiliser la Turquie pour se doter d’un élément de déni plausible. Cette attaque n’est probablement que la première étape d’une campagne beaucoup plus vaste pour repousserla Russie loin de la frontière turque. La prochaine étape, apparemment, comprend l’envoi de troupes occidentales en Syrie, d’abord comme conseillers, mais finalement comme forces spéciales et contrôleurs aériens avancés. Les armées aériennes américaines et turques joueront le premier rôle ici, avec des avions allemands et britanniques assurant suffisamment de diversité pour parler d’unecoalition internationale. Quant aux Français, coincés entre leurs partenaires russes et leursalliés de l’Otan, ils resteront aussi insignifiants qu’avant : Hollande s’est dégonflé, de nouveau (ça vous étonne ?). Finalement, l’Otan créera un havre de facto pour ses terroristes modérés au nord de la Syrie et l’utilisera comme base pour diriger une attaque contre Raqqa. Puisque toute intervention de ce genre sera totalement illégale, l’argument du besoin de défendre la minorité turkmène sera invoqué, au nom de la R2P [responsabilité de protéger, NdT] et tout et tout. La création d’un havre de l’Otan pour les terroristes modérés pourrait être la première étape de l’éclatement de la Syrie entre plusieurs mini-États.

Si tel est vraiment le plan, alors abattre le SU-24 envoie un message puissant à la Russie : nous sommes prêts à risquer une guerre pour vous repousser, êtes-vous prêts à entrer en guerre ? La réponse douloureuse sera que non, la Russie n’est pas préparée à mener une guerre contre l’Empire tout entier à propos de la Syrie, simplement parce qu’elle n’en a pas les capacités.

Lire la suite

France 2015: Le Zénith de Strasbourg plein à craquer pour le meeting d’Erdogan


04/10/15 à Strasbourg

Plusieurs milliers de personnes ont accueilli le président turc Recep Tayyip Erdogan à Strasbourg, ce dimanche. Ils étaient entre 12 000 et 15 000 au Zénith où se tenait le meeting. Les organisateurs avaient tablé sur 30 000 personnes, rapporte le site des Dernières Nouvelles d’Alsace, venus par cars entiers de toute l’Europe, notamment de Belgique, de Suisse et d’Allemagne, ainsi que du reste de la France.

Meeting électoral

Ce rassemblement, officiellement contre le terrorisme, « était un véritable meeting électoral, qui ne n’adressait pas qu’à la diaspora, mais à tous les Turcs », explique à L’Express le politologue Samim Akgönül, qui réside à Strasbourg. Cette visite intervient en effet à moins d’un mois des élections législatives anticipées en Turquie. Toutes les chaines de télévision turques couvrent l’événement. « La présence d’Erdogan, qui tient un meeting en tant que chef d’Etat en faveur d’un parti dont il n’est plus à la tête est plus que problématique », ajoute le chercheur qui relève que le président turc n’a été reçu par aucune personnalité officielle. « Qui a payé la facture de la location de la salle, de service d’ordre? », interroge Samim Akgönül.

Al-Ahednews révèle des informations sur des mafias turques qui manipulent les Syriens, à l’ombre d’une connivence officielle

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=15993&cid=323#.Vfq7d0bCxAZ

Les Syriens qui ont souffert tout au long des années de la guerre injuste menée contre leur pays, ont été aussi contraints de monter à bord des bateaux pour fuir, menacés par la mort qui n’épargne ni enfants, ni femme enceinte et ce au profit des réseaux des passeurs turcs, qui exploitent les rêves des migrants pour remporter les gains, aux dépens des souffrances des Syriens.

En effet, la gurre injuste menée contre la Syrie, ainsi que le terrorisme, ont fait des Syriens des proies faciles pour les trafiquants et les passeurs. Peu importe pour ces derniers la position politique du Syrien, si c’était un terroriste ou un citoyen opprimé ayant souffert des meurtres des organisations terroristes. L’important pour eux consiste à ce que le migrant paye la somme demandée avant de prendre le large à partir des côtes d’Izmir, de Bodrum vers les deux iles grecques de Kos ou de Maltini. Peu importe aussi si le migrant arrive sain et sauf à ces destinations ou s’il meurt dans un naufrage.

Les courtiers et la mafia turque

Un des migrants syriens qui sont rentrés dans leur pays a raconté son périple à notre site. «L’important est d’arriver à la Al-Ahednews révèle des informations sur des mafias turques qui manipulent les Syriens, à l’ombre d’une connivence officielle

ville turque d’Izmir, bastion des courtiers et des passeurs. Ces derniers réclament la somme de 1200 dollars pour chaque syrien afin de l’aider à traverser une distance de 9 Km, à partir d’Izmir arrivant à l’ile Kos de Grèce, dans un bateau en caoutchouc de six m de longueur, pouvant contenir 40 migrants au maximum.

Et le Syrien d’ajouter que le migrant ne rencontre le passeur qu’au moment de sa montée dans le bateau. Sa relation ainsi que l’accord est conclu avec les courtiers, dont notamment Abou Yaarob al-Chami et Abou Akram Halabi. La place Basmana d’Izmir est le lieu des accords. Là se trouvent deux bureaux d’assurance, Al-Rachid et Al-Saha, où les sommes sont payées par les migrants. Les passeurs obtiennent la somme complète après avoir payé 50 L turques à la compagnie pour chaque migrant.

La mort par balles ou dans les bateaux de la mort

Le migrant interviewé par notre site est originaire d’Alep et réside à Damas. Il a expliqué que le passeur turc ne prend pas le  risque de monter à bord du bateau. Il charge plutôt un des migrants pour guider l’engin. Il rend à ce dernier la somme déjà payée pour l’encourager à assumer la tâche. C’est ce qui explique les naufrages qui ont eu lieu en raison du manque d’expérience  du migrant qui guide le bateau, lors de toute urgence ou de problème  technique qui survient durant le trajet.

« Si un des migrants émet  des objections ou refuse de monter à bord du bateau à cause du nombre des passages, le passeur le menace par les armes et le contraint à monter dans le bateau. De ce fait, le migrant n’a que le choix de faire le voyage ou de mourir par les balles du passeur. A noter que les gardes des côtes turques n’interviennent jamais lors de ces incidents, ce qui illustre la connivence  entre les autorités turques et les réseaux des passeurs.

Connivence des autorités turques

Le prix du bateau en caoutchouc est estimé à 4500$. On y transporte 60 personnes dans chaque  opération. De ce fait le cout de chaque  opération atteint les 72000 $. Peu importe pour les trafiquants  si le bateau coule avec les migrants puisqu’ils ont assuré le gain au préalable. On raconte  qu’un groupe de migrants syriens avaient  acheté un bateau pour l’utiliser sans prendre le risque de la surcharge, ce qui a poussé des passeurs à informer les gardes des côtes  turcs qui ont arrêté tous les migrants ayant contribué à l’achat du bateau.

La prise du large est donc monopolisée. Nul ne peut passer outre les mafias turques.

Autres choix

D’autres moyens sont disponibles pour les migrants comme le voyage à bord de Jet-pot, qui sont des moyens de transport plus sécurisés mais qui coutent 1800 $ par migrant, ou comme les Yachts touristiques qui coutent 2200$ par personne. Mais le voyage sur ces bateaux pourrait durer plusieurs jours, dans la mesure où les propriétaires  guettent l’opportunité garantie pour se rapprocher des côtes grecques, sans être interceptés par les gardes.

La promotion auprès des migrants syriens se fait via les medias sociaux. Un de ces sites sur Facebook constitue un guide pour les migrants, où l’on publie des informations  sur les périples et le timing des départs.

Bref, le voyage vers le rêve commence effectivement à Izmir ou Bodrum en Turquie. La destination ? Les deux iles de Kos ou de Matini en Grèce, puis Athènes, puis Yoro et puis Polo Castro près de la frontière de la Macédoine puis vers la Serbie. L’obstacle le plus difficile est en Hongrie qui prend des mesures fermes contre les migrants. Puis le voyage continue vers l’Autriche et enfin vers l’Allemagne.

Source : Al-Ahednews

Erdogan menace un journaliste turc pour avoir révélé la livraison d’armes par Ankara à Daech

Selon le journal français Libération, le journaliste turc Can Dunar a été menacé par le président islamiste Tayyip Erdogan pour avoir révélé la livraison d’armements par l’armée turque au groupe terroriste Daech en Syrie.

Ce directeur du quotidien de centre gauche turc Cumhuriy, qui risque jusqu’à trente ans de prison pour «révélation de secret d’Etat» et «espionnage», a indiqué, sans être inquiété, que ce qui est déterminant pour un journaliste, c’est la vérité.

«Nous ne pouvions pas garder le silence quand nous avons appris que les camions des services secrets turcs (MIT) transportaient des armes pour les djihadistes de Syrie (…) Nous avons montré comment certains provoquent la guerre. Nous croyons que l’opinion publique doit être informée, sur tout, sur le pouvoir et sur ses actions, légales ou illégales.»

Can Dunar a révélé qu’en Turquie, personne «ne veut la guerre à l’exception d’une seule personne : Erdogan».

Selon lui, des soldats, des policiers et des citoyens civils et des militants armés kurdes sont tués dans les opérations lancées contre le PKK, «ce sont les conséquences, a-t-il ajouté, de l’aide donnée aux terroristes qui infestent la Syrie». Il a fait savoir qu’en Turquie, il «n’est pas interdit» d’envoyer clandestinement des armes aux terroristes, mais il «est interdit» de publier une telle information.

«Le monde entier connaît les relations qui existent entre ces forces des ténèbres et le président turc. Moi, je suis jugé pour ce que j’ai écrit, alors que lui, il le sera un jour, j’espère, pour ce qu’il a fait», a-t-il souhaité.

Il a regretté que les grands médias turcs, pour la plupart, soutiennent le pouvoir dans sa guerre contre le PKK, omettant de parler du bombardement d’un village kurde en Irak du Nord, où plusieurs civils ont été tués, ni des martyrs de l’armée turque ni des réactions des parents de policiers ou de soldats tués, «car désormais ces gens disent à haute voix que leurs fils sont morts pour les intérêts du pouvoir et non ceux de la nation».

«Je crois que nous, vous et moi, tous nos amis, tous nos parents, je veux dire la majorité de la nation, ne veulent pas la guerre, et nous pouvons ensemble trouver une solution pacifique et politique au problème kurde» sans en venir aux armes, a estimé Can Dunar.

Mohamed El-Ghazi

http://www.algeriepatriotique.com/article/erdogan-menace-un-journaliste-turc-pour-avoir-revele-la-livraison-darmes-par-ankara-daech

http://www.liberation.fr/monde/2015/08/16/le-journaliste-turc-can-dundar-a-honte-au-nom-de-ses-confreres_1362983