Une nuit entière prisonnier du politiquement correct

J’ai fait un (mauvais) rêve

Franck Crudo

Franck Crudo Publié le 20 avril 2016

http://www.causeur.fr/bien-pensance-politiquement-correct-37835.html

La nuit dernière, j’ai fait un rêve bizarre. Le genre de rêve qui fout vraiment les jetons. J’étais prisonnier d’un monde total(itair)ement politiquement correct. Une sorte de dystopie orwellienne, en pire. Massacre à la tronçonneuse ou Vendredi 13 à côté, c’est presque un conte pour enfants… Je vous raconte.

C’est le jour de Noël. J’allume la radio et me rends compte que seul France Inter émet, au moment même où Patrick Cohen passe la main à Nicolas Demorand. Bizarre. Du coup je mets en marche ma télé. Toutes les chaînes sont payantes et cryptées, hormis celles du service public, iTélé et Arte. Le journal de 13 h de France 2 est présenté par Noël Mamère, lequel a arrêté la politique après ses 0,3 % à la dernière présidentielle pour se consacrer de nouveau au journalisme.

J’apprends ainsi que le pays est gouverné par un Comité de bien-pensance publique dirigé par Edwy Plenel et composé de six hommes et six femmes, mixité oblige. Parmi ses membres figurent Clémentine AutainJean-Louis BiancoAymeric CaronCaroline de HaasEva Joly, Gérard Filoche, Gérard Miller ou encore Alain Juppé. Une goutte de sueur perle sur mon front. J’apprends également que Michel Houellebecq vient d’être retrouvé mort à son domicile. De source officielle, il se serait suicidé d’un coup de poignard dans le dos.

Mamère lance ensuite un reportage sur la prison du Temple, apparemment restaurée, où sont enfermés Eric ZemmourElisabeth BadinterAlain Finkielkraut et Malek Boutih, tous inculpés pour « islamophobie ». Michel Onfray a, lui, été condamné par contumace car il s’est réfugié à Cuba. Par curiosité, je zappe sur iTélé et tombe sur Claude Askolovitch qui regarde dans les yeux la caméra en disant « Pas de stigmatisation, pas d’amalgame ». Un quatrième attentat a eu lieu cette semaine en Belgique. Déprimant.

Je tente ma chance sur France 3 où une naine unijambiste et borgne présente la météo régionale. Vu sa coupe de cheveux et son accoutrement, je me demande si elle n’est pas lesbienne. Mais je n’en suis pas certain. Bon, j’enfile mon manteau et décide de faire un tour au jardin du Luxembourg. En sortant, je croise mon nouveau voisin pakistanais. Un homme charmant, même si l’on a du mal à se comprendre tous les deux.

A chacun son wagon camarade !

Lire la suite

Son GPS en panne, il se repère en regardant le nom des rues

 Publié le 18/01/2016 par La Rédaction
180116

http://www.legorafi.fr/2016/01/18/son-gps-en-panne-il-se-repere-uniquement-en-regardant-le-nom-des-rues/

La soirée a failli tourner au cauchemar. Mais elle s’est finalement bien terminée pour ce jeune homme de dix-neuf ans qui a fait preuve d’un sang-froid extraordinaire mais surtout d’un esprit d’initiative hors du commun.

 

Alors qu’il était attendu vers 20 heures en banlieue parisienne, Loïc, dix-neuf ans, a tout à coup perdu le signal de son GPS. Constatant que l’incident se prolongeait et que l’heure tournait, il n’a malgré tout pas cédé à la panique et a commencé à interroger des passants dans la rue. « Mais au lieu de me dire qu’ils ne connaissaient pas cette rue, chacun a voulu m’indiquer une direction ou tout simplement me parler. Il y a même une femme qui a commencé à me raconter son opération » précise-t-il.

A force de perdre du temps, Loïc prend alors une décision radicale : tenter de se repérer tout seul. « J’ai commencé par tourner un peu dans la ville, je me suis dit que je finirai par reconnaître, je viens quand même chaque semaine ici » confie-t-il. Enfin, au bout de quelques minutes, le jeune homme fait une découverte qui va tout changer : « Au bout d’un moment, j’ai remarqué qu’il y avait des panneaux au début des rues. Je ne sais pas qui est le maire de cette ville, mais il faut avouer que c’est très astucieux. » explique Loïc. Grâce à cette découverte et à un plan de la ville aperçu au dos d’un arrêt de bus, Loïc parvient finalement à retrouver le chemin du domicile de ses parents.

« C’était une expérience stressante mais je suis fier de moi» déclare-t-il avant d’ajouter: « Dommage que j’ai oublié le numéro de la rue, autrement, j’aurais même pas eu besoin de me mettre en warning et d’envoyer un message à mon père pour qu’il vienne me chercher.»

Le démon japonais sosie de Jacques Chirac

5723971

http://www.contre-info.com/le-demon-japonais-sosie-de-jacques-chirac

Ce masque japonais, daté de la fin du XVIIIe siècle, fait partie des collections du musée Georges-Labit, à Toulouse.

Ne vous rappelle-t-il personne ?

Si, l’un des pires chefs d’État qu’ait connu la France.

Ce masque est issu du théâtre traditionnel japonais .

Le conservateur du patrimoine Francis Saint-Genez précise à francetv info que le personnage en question s’appelle Ôbeshimi : « Il s’agit d’un type de démon parmi les plus maléfiques, qui se targuent de pouvoir menacer le genre humain. »

Hasard ?