«Les droits de l’homme érigés en religion détruisent les nations»

Par Alexandre Devecchio Publié le 17/06/2016 à 20:05
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/06/17/31003-20160617ARTFIG00364-les-droits-de-l-homme-eriges-en-religion-detruisent-les-nations.php
Cour européenne des droits de l'homme

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – À l’occasion de la sortie de son livre Les droits de l’homme contre le peuple, Jean-Louis Harouel a répondu au FigaroVox. Il dénonce une nouvelle religion séculière centrée sur l’obsession de la non-discrimination qui paralyse la politique des pays occidentaux.


Jean-Louis Harouel est professeur agrégé de droit à Paris II et auteur de «La grande falsification. L’art contemporain», «Le vrai génie du christianisme» et «Revenir à la nation» (Editions Jean-Cyrille Godefroy). Son dernier ouvrageLes droits de l’homme contre le peuple est paru aux éditions desclée de Brouwer.


FIGAROVOX. – Après le massacre d’Orlando, les commentaires et les mises en accusation se sont succédé. On s’est focalisé sur l’aspect homophobe du crime, on a pointé du doigt les mouvements conservateurs et les religions monothéistes. L’islamisme est passé au second plan. Les démocraties occidentales sont-elles de nouveau tombées dans le piège de ce que vous appelez «la religion des droits l’homme»?

Jean-Louis HAROUEL. – Autant il est aisé de condamner au nom de l’Évangile les violences provoquées ou cautionnées par la religion chrétienne, autant il n’est guère possible de condamner la violence musulmane au nom des textes saints de l’islam, dès lors que l’invitation à la violence y est expressément et abondamment inscrite. Concernant l’homosexualité masculine – la seule ayant été prise en compte -, les sociétés chrétiennes l’ont certes longtemps réprouvée et punie sévèrement au motif que la Bible (Genèse, 19) rapporte que Yahvé a lancé le feu du ciel sur Sodome et Gomorrhe. Mais, déjà dans la France de Louis XV, ainsi que l’a constaté l’historien Maurice Lever dans son livre Les bûchers de Sodome (1985) où il notait l’absence des bûchers à cette époque, la royauté de droit divin faisait preuve d’une grande modération. Au contraire, les textes saints de l’islam sont féroces. Il y a en particulier un hadith terrible du Prophète qui invite les croyants à tuer les homosexuels: «L’envoyé d’Allah – Bénédiction d’Allah et Salut sur Lui – a dit: Qui que vous trouviez qui agit à la manière des gens de Loth, tuez l’actif et le passif». Ce texte figure dans la Sunna (rassemblant les actes, dires et approbations de Mahomet: les hadiths) dont la réunion avec le Coran constitue la Charia. Or celle-ci est le guide de ceux qui veulent revenir au respect de la loi divine. Le lien avec le massacre d’Orlando est plus qu’évident.

Lire la suite

A Calais les « no borders » sont soutenus par le milliardaire George Soros

 Jordi Vives

no-borders-calais

NDLR. Georges Soros est donc le sponsor d’un vaste ensemble de Fondations aux intérêts mondialistes, anti-nationaux : L’Open Society Foundation, L’ International Crisis Group ( parmi les membres du Conseil d’administration on trouve Micheline Calmy-Rey, ex-Présidente de la Confédération helvétique ) et de bien d’autres fondations aux buts sévèrement dénoncés.

A Calais les « no-borders » sont soutenus par le milliardaire George Soros

Alors que la ville de Calais tombe un peu plus chaque jour dans le chaos face à l’invasion de migrants, qui sont ces « no-borders », ces militants d’extrême gauche qui enfreignent les lois pour venir en aide aux clandestins ?

Les « no-borders » forment un collectif de militants fondé en 1999 et que l’on retrouve aujourd’hui dans l’ensemble de l’Europe et qui lutte pour la disparition des frontières. A Calais, ces militants sont regroupés autour du collectif Calais Migrant Solidarity. Ce sont ces extrémistes qui le 23 janvier dernier, ont aidé les migrants à s’introduire illégalement dans le port de Calais et à prendre possession d’un ferry.

Mais derrière l’image d’anarchistes et de militants d’extrême gauche se cache une réalité bien peu glorieuse. On est pour le moins surpris de voir que ces gens là n’hésitent pas à présenter les organismes qui les soutiennent, des organismes qui révèlent la vraie nature de ce lobby pro-immigration.

Sur leur site internet, les « no-borders » affichent une liste de plus de 550 organisations dans tous les pays d’Europe qui les soutiennent. Et là, grande surprise, on est très loin d’organisations d’extrême gauche. Pour en citer quelques unes, on retrouve, entre autre, le Conseil de l’Europe, la Commission Européenne, plusieurs groupes parlementaires du Parlement Européen, le Home Office (ministère de l’intérieur britannique), le Département fédéral des affaires étrangères suisse, le conglomérat d’entreprises suisses Migros, etc…

Cerise sur le gâteau, on retrouve également parmi ces soutiens, la très puissante et ultra-libérale Open Society Foundation, la fondation fondée par le milliardaire George Soros. Une fondation qui est tristement connue pour avoir, entre autre, créé l’organisation OTPOR qui a renversé le gouvernement Serbe de Slobodan Milosevic avec le concours de la CIA. En France, l’Open Society a également financé le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), une organisation dont le président Marwan Muhamad, avait déclaré en 2011 :

« Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. »

La nature de ces soutiens et le fait qu’ils soient clairement affichés sur leur site internet démontrent sans ambiguïté la réalité du mouvement « no-border ».

Jordi Vives, le 11 février 2016

L’arrestation du général Piquemal fait un grand buzz sur Internet

Général Piquemal.jpg


 

Le général Piquemal et 20 autres arrêtés à Calais lors d’une réunion interdite de PEGIDA (VIDEO)

https://francais.rt.com/france/15265-ex-patron-legion-etrangere-arrete-calais-pegida

Le général Piquemal se prononce devant les manifestants à Calais© Capture d’écran du compte Twitter @Louis_San
Le général Piquemal se prononce devant les manifestants à Calais

Lire la suite

« Le réensauvagement de l’espèce est en marche »

Entretien avec

L’ONU vient de publier un rapport sur les « migrations de remplacement ». Selon l’Organisation, « le concept de migration de remplacement correspond à la migration internationale dont un pays aurait besoin pour éviter le déclin et le vieillissement de la population qui résultent des taux bas de fécondité et de mortalité ». Cela rejoint votre idée de « Grand Remplacement » ?

Ce rapport n’est pas le premier. Il y a très longtemps que l’ONU et ses commissions tournent autour du concept de remplacement, ce qui évidemment me fait bien rire, mais jaune, alors que je me fais traiter, y compris par certains de nos amis, de complotiste et d’illuminé. Le point de vue de l’ONU empile deux aberrations, dont la première est au moins une grave erreur d’appréciation et la seconde une monstruosité morale.

La première est la conviction qu’il faut enrayer le déclin démographique des populations et le vieillissement qui l’accompagne nécessairement. Or, l’un et l’autre, surtout le premier, sont la sagesse même. Toutes les politiques écologiques qui prétendent sauver la Terre sans tenir compte de la désastreuse explosion démographique sont un vain et ruineux bavardage. Les peuples les plus développés, dans leur tréfonds, sont bien conscients de cette donnée-là et évolueraient naturellement, si l’immigration d’abord, l’invasion migratoire ensuite, n’intervenaient pas, vers une décroissance démographique naturelle et modérée, parfaitement raisonnable, et qui ne menacerait en rien leur existence, d’autant qu’eux-mêmes n’ont jamais été si nombreux. Cette légère décroissance entraînerait, c’est vrai, un inévitable vieillissement de la population, auquel on a parfaitement les moyens de faire face, qui n’implique en rien le moindre empêchement de faire des enfants ou la disparition de la jeunesse mais qui pourrait, n’était la Grande Déculturation, être l’occasion d’un progrès de la vie de l’esprit.

Le problème de la planète n’est pas du tout la dénatalité relative de l’Europe : il est la surnatalité explosive et catastrophique de l’Afrique.

Quant à la monstruosité morale et culturelle, morale parce que d’abord culturelle, elle tient évidemment à ce que j’appelle le remplacisme, le totalitarisme post-industriel et financiariste, pan-économiste, rival et souvent complice de l’islamisme : pour lui, la matière humaine indifférenciée est indéfiniment échangeable avec elle-même, remplaçable à merci. Faut-il souligner qu’il ne saurait y avoir de dignité de l’espèce qu’en la constitution permanente d’hommes et de femmes irremplaçables ? Dès lors que l’homme est remplaçable par l’homme, il l’est aussi par la bête, et réciproquement, par la machine et par la chose. Le remplacisme est une chosification du vivant.

Dans ses conclusions, l’ONU donne des chiffres, mais n’aborde pas les conséquences culturelles d’une telle migration. Or, n’est-ce pas le plus important ?

Évidemment, mais culturel n’est pas assez dire. Ontologique serait plus vrai. Le remplacisme est un tout.

À Cologne, en prévision du carnaval, l’Allemagne met en place une politique intensive d’information et distribue quantités de tracts et autres notices invitant les réfugiés à « ne pas violer les femmes, à ne pas boire d’alcool ni uriner en public ». Pensez-vous que cela puisse être efficace ?

On nous expliquait déjà qu’il était vilain d’abandonner son chien avant les vacances. Demain, on nous rappellera qu’étrangler ses vieux parents ne se fait pas du tout. Le réensauvagement de l’espèce est en marche.

Comment analysez-vous le fait que politiques, médias puis organisations féministes aient tenté de cacher les événements de la Saint-Sylvestre pour les premiers, et qu’elles aient été si lentes à réagir pour les secondes ?

Le remplacisme est un tout, je le répète, et entre autres choses une fabrique de l’ersatz, du faux, du mensonge et, non pas du silence, certes, mais de l’assourdissement : tout pour que la vérité n’affleure pas, et d’abord celle du Grand Remplacement et de sa vraie nature.

Islamisation et paresse intellectuelle

Islamisation et paresse intellectuelle

http://fboizard.blogspot.fr/2016/01/islamisation-et-paresse-intellectuelle.html 
Il y a, dans le consentement à l’islamisation, voire la promotion de l’islam, de ceux qui causent dans le poste de la lâcheté et de la trahison.

Mais pas seulement. Il y a aussi beaucoup de paresse intellectuelle, de cet egocentrisme qui fait qu’on est incapable d’imaginer que l’autre puisse réellement penser différemment de soi, pas sur des détails, sur l’essentiel.

Les gens qui causent dans le poste se croient intelligents parce qu’ils amphigourisent et font ronfler de grands mots, vides de contenu. De ce point de vue, Christiane Taubira va nous manquer, c’est une perte irréparable, elle n’avait pas d’égal pour la grandiloquence creuse, la vanité pompeuse, l’enflure pleine de vent.

Ah ! Comme ils l’aiment, l’Autre, avec une majuscule qui sort de la page. Comme ils l’adorent, comme ils donneraient leur vie et leur argent (non, pas leur argent, l’argent des autres contribuables, faut pas pousser, quand même. On ne rigole pas avec le fric, c’est sérieux) pour l’Autre. A condition que l’Autre partage leur culture et leurs idées, leurs valeurs « républicaines ». Bref, que l’Autre ne soit pas vraiment autre. Bref, que l’Autre n’existe pas.

Quand l’Autre se met malgré tout à exister, façon viol de masse de Cologne, c’est la stupéfaction, la chute de l’armoire avec un grand «  boum ! ». Nos amoureux de l’Autre sont soudain stupéfaits, saisis, empoignés par la réalité humaine, rendus muets par la rencontre d’un vrai autre en chair et en os.

Et la paresse intellectuelle, qui a refusé l’effort de penser qu’on puisse être vraiment autre, se paye comptant. Mais, pour l’instant, ce sont encore ceux qui ne causent pas dans le poste qui trinquent.

Mettre systématiquement le terrorisme islamique sur le compte de la folie et du «  déséquilibre » est certes une lâcheté visant à masquer un conflit qu’on ne veut pas assumer mais c’est aussi un refus obstiné de l’altérité. Dans cette vision, refuser de souscrire au comportement occidental et bobo est une folie.

Lire la suite

Bruxelles estime que 60% des migrants ne sont pas des réfugiés

Le 26 janvier, la Commission européenne a annoncé qu’elle pourrait suspendre Schengen pendant deux ans et estime que près des deux tiers des migrants arrivés en Europe en décembre ne devraient pas obtenir le droit d’asile.

Face à la crise des réfugiés, certains pays européens ont réintroduit des contrôles aux frontières au sein de l’espace Schengen, qui englobe 26 États. La Suède, le Danemark, l’Allemagne, l’Autriche et le France ont ainsi instauré des contrôles aux frontières pour six mois. La Norvège, membre de Schengen, mais pas de l’UE, a pris des dispositions similaires. La Pologne pourrait très bientôt lui emboîter le pas.

Le 25 janvier, les ministres de l’Intérieur européens réunis à Amsterdam ont appelé la Commission à allonger la période durant laquelle les pays sont autorisés à suspendre Schengen, et donc à réinstaurer des frontières, en cas de crise.

L’article 26 du Traité de Schengen stipule qu’une telle mesure peut durer jusqu’à deux ans, si la menace à l’ordre public et à la sécurité est jugée suffisamment grave. La Commission devra probablement prendre une décision à ce sujet d’ici le moins de mai.

Lire la suite