Sortie UE FN

redonner-sa-liberte-a-la-france

Publicités

Marine Le Pen : « Un référendum pour sortir de la crise migratoire »

Marine Le Pen

La présidente du Front national s’exprime après les événements de la nuit de la Saint-Sylvestre, à Cologne en Allemagne

Marine Le Pen: «Je suis aussi indignée, comme responsable politique, comme femme, de voir que ces centaines d’agressions sexuelles dans différents pays d’Europe n’émeuvent en rien nos dirigeants»
© Sipa Press

C’est la responsable politique, mais aussi la femme, qui prend aujourd’hui la plume pour s’adresser aux Français. C’est comme femme française libre, qui a pu jouir toute sa vie durant des libertés très chères, acquises de haute lutte par nos mères et nos grands-mères, que je tiens à alerter sur une nouvelle forme de la régression sociale, humaine et morale que nous impose la crise migratoire, crise qui n’est pas une fatalité, mais l’œuvre d’une politique voulue, effrayante par son aveuglement.

Les Français savent que nous dénonçons l’immigration massive depuis des années. Conscients de ses conséquences sur la situation économique de la France, la cohésion sociale, la sécurité, la laïcité, l’assimilation des nouveaux venus, et plus largement l’identité nationale, nous tirons depuis longtemps la sonnette d’alarme et expliquons que la France doit réduire fortement l’immigration.

Notre discours n’a fait que gagner en légitimité et en audience à mesure quela crise dite « des migrants » a commencé de frapper en Europe. Accepter d’accueillir 1 million de migrants en 2015, 3 millions prévus par la commission européenne en 2016, en plus des flux habituels, devenait parfaitement inconsidéré. Toutes les conséquences précitées ne pouvaient logiquement que s’aggraver. Mais il en est deux nouvelles qui allaient faire prendre à la crise migratoire un tour cauchemardesque.

La première, sur laquelle je me suis déjà longuement exprimée, avertissant depuis longtemps l’opinion, concerne le risque terroriste. Faire venir des milliers d’hommes de pays en conflit, dans lesquels sévissent Daech et d’autres organisations islamistes terroristes, sans contrôle sérieux à l’arrivée, et leur permettre de circuler sans aucune entrave dans tout l’espace Schengen, relevait déjà d’un crime contre la sûreté des peuples, et des Français en particulier. Les terribles attentats de 2015 ont tragiquement jeté la lumière sur cette vérité cruelle : les chemins des migrants sont aussi ceux qu’empruntent les terroristes, et nous ne maîtrisons en rien ce phénomène.

La deuxième conséquence dramatique de la crise migratoire tient à la situation de la Femme. Si celle-ci est encore l’égale de l’homme en droits, la réalité est qu’elle ne peut plus jouir comme un homme de ces mêmes droits !

En effet, alors que les langues commencent seulement à se délier, que les fausses pudeurs médiatiques tombent enfin, on prend connaissance des exactions auxquelles se sont livrés des migrants dans les pays qui en ont accueilli un grand nombre, en Allemagne surtout, mais pas seulement.

L’irresponsabilité de Merkel, la faiblesse de Hollande. À Cologne, ce sont des centaines de femmes qui ont subi des agressions sexuelles. Que ces hommes soient, de par leur situation de migrants, leurs conditions de vie dans leurs pays d’origine, ou encore leurs dogmes religieux, soumis à une frustration sexuelle particulière ne m’intéresse aucunement ; j’ai bien d’autres choses à faire que de trouver une quelconque excuse à ces mâles déchaînés.

Lire la suite

Le vote FN en forte progression chez les fonctionnaires

Le vote FN en progression dans la police et l’armée

09/01/2016 à 12h48
Les fonctionnaires et notamment la police et l'armée votent de plus en plus pour le parti de Marine Le Pen.

Les fonctionnaires et notamment la police et l’armée votent de plus en plus pour le parti de Marine Le Pen. – Lionel Bonaventure – AFP

Le vote FN est en forte progression chez les fonctionnaires, en particulier dans la police et l’armée révèle une enquête du Cevipof publiée samedi.

La machine à briser le « plafond de verre » se trouve dans l’électorat UMP/LR, écartelé par la guerre des chefs.

Complé/iment à Robert Ménard
La machine à briser le « plafond de verre » se trouve dans l’électorat UMP/LR, écartelé par la guerre des chefs.

Robert Ménard a raison : pour l’emporter, le Front national doit sortir du splendide isolement, qui a sa grandeur, mais aussi ses limites : c’est l’une des leçons du 13 décembre. Éric Zemmour ne dit pas autre chose lorsqu’il suggère au FN de se fondre dans un ensemble plus vaste, une sorte de Front des Fronts, bref, un Rassemblement du Peuple Français.

La machine à briser le « plafond de verre » se trouve dans l’électorat UMP/LR, écartelé par la guerre des chefs. D’un côté les Juppé, Raffarin, NKM, et autres, qui prônent l’alliance ouverte avec les socialistes de gouvernement ; ils portent ainsi l’UMPS, chère à Marine Le Pen, sur les fonts baptismaux du paysage politique français ; l’enfant naturel, un peu bâtard, un peu fruit d’un mariage-pour-tous idéologique, qui vient de pousser ses premiers vagissements dans le Nord et en PACA, accède enfin à la lumière. Zemmour a raison de le dire. Cette frange de l’UMP/LR envisage de former un centre mou, un ventre mou, qui agrégera les droitistes de gauche macronoïdes, les gauchistes de droite et les adeptes de l’extrême centre, ainsi que les habituels mangeurs de soupe, en un chamallot à la guimauve indigeste. Cette alliance signe la mort de la vieille scission droite/gauche.

De l’autre côté, la majorité des électeurs de LR, ceux qui, de plus en plus ouvertement, osent parler immigration, assistanat, communautarisme, islam, tous ces gros mots, tous ces gros maux que l’on se refuse aujourd’hui à traiter pour ne pas être accusé de « faire le jeu du FN ». En tête de ce groupe, Sarkozy – oui ! je sais ! mais ne commençons pas la chikaya ! –, Wauquiez et d’autres. Si la droite, la grande, la droite de la liberté et du mérite, la droite conquérante ultra majoritaire dans le peuple de France, veut gagner, c’est à la fusion de ces gens-là qu’elle doit travailler dès demain matin, avec programme clair et convainquant. C’est l’idée de Robert Ménard.

 

Lire la suite