Fondation Clinton : les liens troubles entre Bill Clinton et Douste-Blazy

Selon « L’Obs », la taxe Chirac aurait permis de financer la Fondation Clinton grâce à Unitaid, organisation présidée par l’ancien ministre de la Santé français.

Publié le 12/10/2016 à 22:39 | Le Point.fr
Philippe Douste-Blazy et Bill Clinton, en 2005. Une amitié naîtra entre les deux hommes.
Philippe Douste-Blazy et Bill Clinton, en 2005. Une amitié naîtra entre les deux hommes. © AFP/ FREDERIC DE LA MURE

« Déjà qu’on n’est pas crédible dans nos Kangoo… »: les témoignages des policiers varois en colère

PAR Eric Marmottans  Publié le 30/10/2016 à 20:19
policeencolere.jpg
Photo P. Bl.
http://www.varmatin.com/faits-de-societe/deja-quon-nest-pas-credible-dans-nos-kangoo-les-temoignages-des-policiers-varois-en-colere-90004

La grogne ne veut pas s’éteindre dans l’aire toulonnaise où est concentrée la majorité des troupes. Var-matin donne la parole à ces « policiers en colère ».

Les policiers varois vident leur sac… mais ne rendent pas les armes.

Un rassemblement nocturne de «policiers en colère» et sympathisants s’est encore tenu samedi soir, devant le palais de justice à Toulon, pour la douzième soirée consécutive.

Témoignages.

Éliane: «Rien pour la base»

«On est obligé de s’acheter nous-même des stylos ou nos lampes torches – la police met à disposition six lampes, dont seulement trois fonctionnent, pour quinze fonctionnaires qui travaillent la nuit», affirme Éliane (le prénom a été modifié, ndlr) affectée dans un petit commissariat. «Comment voulez-vous que l’on soit crédible avec nos véhicules? Comment verbaliser quelqu’un pour des pneus lisses quand nous-mêmes avons parfois quatre pneus différents? On n’est même pas en règle! Déjà qu’on n’est pas crédible dans nos Kangoo…»

«On a encore des véhicules à plus de 200000 km, ils n’ont pas de radio, d’autres ont le deux-tons mais pas la lumière… Même les personnes interpellées, on est presque gêné de les faire monter dans nos voitures à cause de leur état»

Les moyens annoncés? «Les véhicules nickel, c’est pour les gradés. Nous les policiers qui allons sur le terrain, on n’a rien de tout ça.» «On a appris que les ADS (adjoints de sécurité sous contrat, Ndlr) n’auraient même plus de menottes, alors qu’ils sont des nôtres, ils sont sur la voie publique, ils vont au charbon comme nous.» «Et que dire de l’état des geôles, et plus généralement des commissariats. Quand il y a des maladies, on nous met un coup de “pschitt” et c’est réglé.»

Jean: «La pression du chiffre»

Lire la suite

Philippines: Duterte et sa stratégie multipolaire qui chamboule Washington


Par Federico Pieraccini – Le 25 septembre 2016 –Source Strategic Culture

http://lesakerfrancophone.fr/duterte-et-sa-strategie-multipolaire-qui-chamboule-washington

Duterte.jpg

Le 30 mai 2016, le parlement de Manille a nommé Rodrigo Roa Duterte seizième président des Philippines, après sa victoire électorale sur son rival Mar Roxas avec plus de sept millions de voix. Né à Maasin il y a 71 ans, Duterte a eu une longue carrière dans l’administration publique, ayant servi comme maire de Davoa city depuis plus de 22 ans au cours de sept mandats. Le marathon électoral de Duterte fut un véritable triomphe, résultant du sentiment anti-establishment de plus en plus répandu parmi la population mondiale. Le fort contraste entre Duterte et la classe politique au pouvoir à Manille lui a assuré une victoire inattendue.

Un aspect fondamental, lié au succès qui a accompagné le nouveau président, concerne son programme électoral. Ses quatre principaux piliers sont simples et efficaces :

– Une lutte acharnée contre la drogue et la petite délinquance (une peste qui dévore la nation) ;

– Une politique étrangère indépendante et avantageuse pour Manille (ne pas faire passer les intérêts de Washington d’abord) ;

– Favoriser les conditions nécessaires à une reprise économique rapide et durable ;

– L’élimination de l’organisation terroriste Abu Sayyaf.

Après la victoire de Duterte, nous avons pu observer que la tension montait entre Manille et Washington. Comme on pouvait s’y attendre, les quatre piliers de Duterte vont ouvertement à l’encontre des objectifs stratégiques de Washington dans la région. Les États-Unis aimeraient contenir de plus en plus l’influence chinoise ; mais sans alliés traditionnels de valeur dans la région, en particulier le Japon et les Philippines, cette tâche déjà difficile semble impossible. En ce sens, l’attitude de Manille ne devrait pas être trop surprenante, soucieuse qu’elle est de mettre de côté les différences historiques et les récentes tensions avec Pékin.

L’économie comme moyen de transition multipolaire.

Lire la suite

Papé : «Et un soir je décide de ne plus jamais me réveiller…»

Pape-Et-un-soir-je-decide-de-ne-plus-jamais-me-reveiller.jpg

L’ancien capitaine du XV de France se livre dans un récit bouleversant. Son enfance cabossée. Sa dépression. Ses tentatives de suicide. A cœur ouvert. Pour enfin se libérer de ses démons.

«Double Jeu» est un livre poignant. Pas une énième autobiographie d’un sportif en fin de carrière. Mais un témoignage à vif. Enfant placé de père inconnu et d’une mère internée qui l’avait abandonné avant qu’il soit retrouvé, mourant de faim, à 4 mois. La peur, jusqu’à ses 18 ans, d’être arraché à sa famille d’accueil aimante. La rechute en 2013. Par deux fois, il tente de mettre fin à ses jours. Le rugueux deuxième-ligne du Stade Français s’est longuement confié au Figaro. Sincère et touchant. Souvent étreint par l’émotion de ces souvenirs douloureux. Des mots sur les maux.

Un livre à cœur ouvert par amour

«J’ai écrit pour me faire du bien. Pour raconter aux gens qui je suis vraiment. Mais aussi pour mes parents ‘adoptifs. Pour leur dire à quel point j’ai eu de la chance de tomber sur eux. A quel point cette histoire, finalement, est belle. Sans eux, je ne sais pas ce que je serais devenu si j’avais dû passer de famille d’accueil en famille d’accueil. On sait souvent comment ça finit. Surtout d’où je viens. Givors ce n’est pas joli on va dire…»

Une enfance dans les tourments

«Je suis né trois fois dans ma vie. La première dans des conditions difficiles. La deuxième quand ma petite étoile a commencé à scintiller. Je suis arrivé chez mes parents à 7 mois. Avant, j’étais à la «SPA» (la DASS, ndlr). Ils viennent et ils choisissent. Et quand, à 18 ans, j’ai pu me faire adopter et porter le nom qui est le mien aujourd’hui. A grands coups d’épaule, de force de caractère, avec l’amour de mes parents et de mes sœurs, j’ai réussi à avoir une belle vie. Quoi qu’il m’arrive maintenant, mon histoire est belle. Et je ne la regrette pas du tout. Je remercie tous les jours la chance que j’ai eu que la cigogne me pose sur ce palier-là….»

Lire la suite

Sortir de l’Euro

L’éventuelle sortie de l’Euro polarise aujourd’hui une partie du débat politique. Avec la sortie de la traduction en français du livre de Joseph Stiglitz[1], et de quelques autres, cette question a désormais acquis sa légitimité. On sait, et je l’ai d’ailleurs écrit, que l’Euro était un problème non seulement économique mais aussi politique, qu’il concernait non seulement la France mais aussi l’Union européenne[2].

euro-cerf

Mais, ce débat est caractérisé par des déclarations à l’emporte-pièce, et pour tout dire peu sérieuses. Les implications d’une sortie de l’Euro ne sont pas perçues. Or, elles s’imposeront avec une logique impérieuse compte tenu du poids des marchés financiers. Ces implications doivent être discutées dès aujourd’hui. La sortie de l’Euro entraînera une reconfiguration importante du système financier français, et le débat sur ce point est capital. Les trois candidats potentiels à l’élection présidentielle d’avril 2017 qui incluent la sortie de l’Euro dans leur programme, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Marine le Pen feraient bien de mettre leurs équipes au travail sur cette reconfiguration à venir s’ils ne veulent être dépassés par les événements.

 

Les délires de Laurent Wauquiez (et de quelques autres)

Le débat sur la sortie de l’Euro s’accompagne donc de déclarations irresponsables, comme celle de Laurent Wauquiez affirmant que l’épargne des français serait amputée de 30% par une telle sortie[3]. En fait, l’épargne en Euro serait reconduite en (nouveaux) Francs. Et, si Monsieur Wauquiez croit que la totalité de notre consommation est importée, il se trompe, et il aurait pu vérifier ses sources facilement auprès des publications de l’INSEE. Mais, Monsieur Wauquiez préfère chercher à effrayer le chaland plutôt que de se comporter en politicien honnête et responsable. En réalité, si l’on admet une dépréciation de 30% par rapport à l’Allemagne, seuls les dépenses réalisées en produits allemands subiraient le poids de cette dépréciation. Celles réalisées en produits italiens ou espagnols se verraient avantagées car, une sortie de la France de l’Euro aurait pour conséquence l’éclatement de la zone Euro, et une dépréciation des monnaies italienne et espagnole par rapport au Franc…

Au-delà, on sait qu’une large partie de l’épargne des français est constituée de biens immobiliers, en en général du logement principal. En quoi le « service » rendu par la propriété d’un logement serait-il déprécié de 30% en cas de sortie de l’Euro ? Mystère ; Monsieur Wauquiez, et quelques autres, ont sans doute découvert des lois nouvelles de l’économie, mais ils ont alors omis d’en informer les économistes…Plus sérieusement, on voit que ces affirmations n’ont aucun sens. L’épargne vise à fournir un revenu régulier qui vient s’ajouter, ou remplacer, le revenu du travail. Ce revenu est dépensé, et pour plus de 50% il est dépensé en produits et services produits en France. La part de ce revenu qui est consacré à des produits, ou services, importés, ou composés de produits d’importations, provenant de pays dont les devises devraient s’apprécier dans le cas d’une sortie de l’Euro n’excède pas 20% de la consommation totale, cette part étant plus importante pour les hauts revenus et moins importantes pour les bas revenus. Dans le cas d’un dépréciation de -30% par rapport aux pays à monnaie dite « forte », la perte ne concernerait que le flux de revenu engendré par l’épargne, et se situerait, pour la première année, en moyenne à 6%, soit cinq fois moins que ce que prétend Monsieur Wauquiez. Mais, dès la deuxième année, la composition de la consommation se modifierait, directement au profit des produits et services issus des pays à monnaies « faibles », indirectement par la relocalisation de certaines des activités issues des pays à monnaies « fortes » vers les pays à monnaies « faibles ». Le surcoût diminuerait rapidement et deviendrait négligeable.

Lire la suite

La compagnie Air France traque ses islamistes

Des tags « Allah akbar » sur des trappes de kérosène, des pièces trafiquées… Les services de renseignements sont en alerte, selon « Le Canard enchaîné ».

http://www.lepoint.fr/societe/la-compagnie-air-france-traque-ses-islamistes-05-10-2016-2073686_23.php

Par Publié le 05/10/2016

Le Canard enchaîné a enquêté sur les cas de radicalisation au sein d'Air France. La compagnie assure que les passagers sont en "sécurité absolue".
Le Canard enchaîné a enquêté sur les cas de radicalisation au sein d’Air France. La compagnie assure que les passagers sont en « sécurité absolue ». © AFP/ JACQUES DEMARTHON