Centenaire de la bataille de Verdun : le lieutenant-colonel Driant

21 février 2016

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2016/02/centenaire-de-la-bataille-de-verdun-le-lieutenant-colonel-driant.html

GH_GHDriantEmileEn ce centenaire de la bataille de Verdun, les « Chemins de mémoire » du Ministère de la Défense mettent à l’honneur le lieutenant-colonel Emile Driant, officier catholique (stoppé dans son avancement par l’Affaire des Fiches) tombé au Bois des Caures, dans le secteur de Verdun, le 22 février 1916, après deux jours d’une résistance héroïque au feu de l’ennemi, deux jours qui ont permis à Verdun de ne pas tomber.

« En février 1916, le secteur du Bois des Caures est occupé depuis novembre 1915 par le groupe de Chasseurs du Lieutenant-colonel Driant. Le groupe comprend le 56ème B.C.P. (Capitaine Vincent) et le 59ème B.C.P. (Commandant Renouard). Depuis plusieurs semaines, les deux bataillons, alternativement en ligne, ont renforcé leurs positions et aménagé leurs défenses, sous l’impulsion de Driant qui pressent une attaque imminente. Le 21 février 1916, à 7 heures du matin, le premier obus tombe sur le bois et Driant, sachant que l’heure du sacrifice a sonné, parait au milieu de ses chasseurs qu’il ne quittera plus. Le bombardement devient si dense que tout le terrain semble miné. Dès 10 heures, le bois est impraticable, c’est un vrai chaos. A 17 heures, le bombardement cesse brusquement, puis le tir reprend, mais très allongé, c’est l’attaque rapide, souvent même la lutte au corps à corps. Malgré des actes d’héroïsme extraordinaires, quelques tranchées sont prises. Le soir venu, l’ennemi est maître d’une partie des premières lignes. Mais les chasseurs de la compagnie Robin contre-attaquent dans la nuit glacée, reprennent leurs tranchées et sèment la panique parmis les Allemands, persuadés que les Chasseurs sont tous hors de combat. Vers minuit, le Colonel Driant parcourt tout le secteur, va à l’extrême pointe des tranchées et encourage tous ces hommes.
Le 22 février au matin, si les Chasseurs ont reconquis les tranchées de première ligne perdues la veille, partout ils sont à portée de grenade de l’ennemi. Dès 7 heures, un bombardement aussi formidable que celui du matin précédent, reprend. A midi, la canonnade cesse. Les Chasseurs survivants bondissent à leurs postes de combat. Leur Colonel est au milieu d’eux, il prend un fusil et fait le coup de feu. Le Bois des Caures n’existe plus comme couvert. Les masses ennemies l’encadrent. Trois compagnies de première ligne meurent à leurs postes, submergées par deux régiments. La compagnie Seguin fait merveille. On se bat à la grenade tant qu’il y en a, puis à coup de pierres, à coup de crosses.

A13 heures, nouvelle attaque. Toujours un fusil à la main, Driant est sur le dessus de son poste de commandement, au milieu de ses agents de liaison. Il est d’excellente humeur. Tireur d’élite, il annonce le résultat des coups, les fautes de pointage. La compagnie SIMON contre-attaque et fait même des prisonniers.

A 16 heures, il ne reste plus qu’environ 80 hommes autour du Colonel Driant, du Comandant Renouard et du Capitaine Vincent. Tout à coup, des obus viennent de l’arrière. Le Bois des Caures est donc tourné. C’est la fin.

Dans le but de combattre encore ailleurs et de ne pas être fait prisonnier, Driant décide de se retirer en arrière du bois. Trois groupes s’organisent Le groupe du Colonel comprend la liaison et les télégraphistes. Chacun s’efforce de sauter de trou d’obus en trou d’obus, cependant qu’une pièce allemande de 77 tires sans arrêt. Le Colonel marche calmement, le dernier, sa canne à la main. Il vient de faire un pansement provisoire à un chasseur blessé, dans un trou d’obus, et il continue seul sa progression, lorsque plusieurs balles l’atteignent : « Oh là ! Mon Dieu » s’écrie-t-il. Le député de Nancy s’abat face à l’ennemi, sur cette parcelle de terre lorraine. Des 1200 chasseurs de Driant contre lesquels se sont acharnées les divisions du XVIIIème corps d’Armée allemand, une centaine seulement sont sauvés. Le Krönprinz s’attendait à une résistance de quelques heures. Cet arrêt imprévu de deux jours permet aux réserves d’arriver. Verdun ne tombera pas. Cette plaque commémorative a été offerte par les Saint-Cyriens de lapromotion « Lieutenant Colonel Driant  » [1965-1967 – NDMB] à l’occasion du 20ème anniversaire de leur baptême et du 70ème anniversaire de la mort de leur parrain. »

 

12[5]Devoir de mémoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s