Islamisation et paresse intellectuelle

Islamisation et paresse intellectuelle

http://fboizard.blogspot.fr/2016/01/islamisation-et-paresse-intellectuelle.html 
Il y a, dans le consentement à l’islamisation, voire la promotion de l’islam, de ceux qui causent dans le poste de la lâcheté et de la trahison.

Mais pas seulement. Il y a aussi beaucoup de paresse intellectuelle, de cet egocentrisme qui fait qu’on est incapable d’imaginer que l’autre puisse réellement penser différemment de soi, pas sur des détails, sur l’essentiel.

Les gens qui causent dans le poste se croient intelligents parce qu’ils amphigourisent et font ronfler de grands mots, vides de contenu. De ce point de vue, Christiane Taubira va nous manquer, c’est une perte irréparable, elle n’avait pas d’égal pour la grandiloquence creuse, la vanité pompeuse, l’enflure pleine de vent.

Ah ! Comme ils l’aiment, l’Autre, avec une majuscule qui sort de la page. Comme ils l’adorent, comme ils donneraient leur vie et leur argent (non, pas leur argent, l’argent des autres contribuables, faut pas pousser, quand même. On ne rigole pas avec le fric, c’est sérieux) pour l’Autre. A condition que l’Autre partage leur culture et leurs idées, leurs valeurs « républicaines ». Bref, que l’Autre ne soit pas vraiment autre. Bref, que l’Autre n’existe pas.

Quand l’Autre se met malgré tout à exister, façon viol de masse de Cologne, c’est la stupéfaction, la chute de l’armoire avec un grand «  boum ! ». Nos amoureux de l’Autre sont soudain stupéfaits, saisis, empoignés par la réalité humaine, rendus muets par la rencontre d’un vrai autre en chair et en os.

Et la paresse intellectuelle, qui a refusé l’effort de penser qu’on puisse être vraiment autre, se paye comptant. Mais, pour l’instant, ce sont encore ceux qui ne causent pas dans le poste qui trinquent.

Mettre systématiquement le terrorisme islamique sur le compte de la folie et du «  déséquilibre » est certes une lâcheté visant à masquer un conflit qu’on ne veut pas assumer mais c’est aussi un refus obstiné de l’altérité. Dans cette vision, refuser de souscrire au comportement occidental et bobo est une folie.

Essayons, nous, de faire l’effort que ceux qui causent dans le poste refusent.

La meilleure définition de l’Islam que je connaisse est celle de G. K. Chesterton et de H. Belloc. L’islam est une hérésie chrétienne hors de la chrétienté. C’est pourquoi l’Eglise n’a pas pu la combattre comme les autres hérésies, internes. Il me plaît de penser que Saint Thomas d’Aquin aurait approuvé.

La philologie récente tend à confirmer cette hypothèse (oui, Chesterton est un visionnaire, on s’habitue).

Comme toutes les hérésies, elle consiste à séparer et à enfler démesurément un élément du dogme, en oubliant les autres, alors que le dogme chrétien forme un tout dont on ne peut séparer une partie sans en rompre l’équilibre.

Au-delà du folklore (Marie et Jésus, qui, revus par l’islam, prennent une tout autre signification et que nous n’avons donc pas en commun, malgré les apparences nominales), l’islam a retenu du christianisme l’Eglise militante et universelle.

Mais, sans l’Alliance,  ni la Trinité, ni l’Incarnation, ni la Charité qui en découle, « militante et universelle » devient « guerrière et conquérante ».

De ce point de départ et de quelques autre autres circonstances, on peut dériver les caractéristiques bien connues de l’islam, en opposition avec notre culture chrétienne : religion du conformisme et non de l’intériorisation, religion politique imperméable à toute notion de laïcité, religion intrinsèquement violente (contrairement au christianisme et au bouddhisme), religion dont la vocation est de conquérir le monde.

C’est pourquoi l’islam est différent de toutes les autres religions et nécessite absolument, sans compromis possible, un traitement politique différent, puisque c’est une religion qui fait de la politique comme le pommier donne des pommes. Rien de nouveau sous le soleil. Les chrétiens savent cela depuis les origines de l’islam. Exemple entre mille, Jacques Ellul l’explique fort bien. C’est parce que nous avons cessé d’être chrétiens (même beaucoup de ceux qui fréquentent le moutier) que nous avons perdu cette connaissance.

Une fois qu’on a fait cet effort de décentrement, pas si difficile -l’islam est plus proche de nous que le confucianisme, tout s’éclaire. La politique à suivre devient limpide.


http://fboizard.blogspot.fr/2009/06/islam-en-france-esperons-que-jacques.html

Islam en france : espérons que Jacques Ellul s’est trompé. Malheureusement, il s’est rarement trompé.

Nous sommes vingt ans après cet article, et je ne vois rien qui démontre qu’il avait tort et de solides raisons de penser qu’il avait raison. Faites un tour chez Lomig, il fait d’excellentes spaghettis carbonara (en fait, je n’en sais rien, mais pourquoi pas ?)

*********************
Non à l’intronisation de l’Islam en France

Article de Jacques Ellul

« Ce n’est pas une marque d’intolérance religieuse : je dirais « oui », aisément, au bouddhisme, au brahmanisme, à l’animisme…, mais l’islam, c’est autre chose. C’est la seule religion au monde qui prétende imposer par la violence sa foi au monde entier.

Je sais qu’aussitôt on me répondra :  » Le christianisme aussi !  »

Et l’on citera les croisades, les conquistadors, les Saxons de Charlemagne, etc. Eh bien il y a une différence radicale.

Lorsque les chrétiens agissaient par la violence et convertissaient par force, ils allaient à l’inverse de toute la Bible, et particulièrement des Evangiles. Ils faisaient le contraire des commandements de Jésus, alors que lorsque les musulmans conquièrent par la guerre des peuples qu’ils contraignent à l’Islam sous peine de mort, ils obéissent à l’ordre de Mahomet.

Le djihad est la première obligation du croyant. Et le monde entier doit entrer, par tous les moyens, dans la communauté islamique.

Je sais que l’on objectera : « Mais ce ne sont que les ’intégristes’ qui veulent cette guerre. »

Malheureusement, au cours de l’histoire complexe de l’Islam, ce sont toujours les « intégristes », c’est-à-dire les fidèles à la lettre du Coran, qui l’ont emporté sur les courants modérés, sur les mystiques, etc.

Déclarer sérieusement qu’en France l’adhésion de « certains musulmans » à l’intégrisme est le résultat d’une crise d’identité est une désastreuse interprétation.

L’intégrisme en Iran, en Syrie, au Soudan, en Arabie Saoudite, maintenant en Algérie est-il une réaction à une crise d’identité ?

Non, l’intégrisme est seulement le réveil de la conscience religieuse musulmane chez des hommes qui sont musulmans mais devenus plus ou moins « tièdes ».

Maintenant, le réveil farouche et orthodoxe est un phénomène mondial. Il faut vivre dans la lune pour croire que l’on pourra « intégrer » des musulmans pacifiques et non conquérants. Il faut oublier ce qu’est la rémanence du sentiment religieux (ce que je ne puis développer ici). Il faut oublier la référence obligée au Coran. Il faut oublier que jamais pour un musulman l’Etat ne peut être laïque et la société sécularisée : c’est impensable.

Il faut enfin oublier comment s’est faite l’expansion de l’Islam du VIe au IXe siècle. Une étude des historiens arabes des VIIe et IXe siècles, que l’on commence à connaître, est très instructive : elle apprend que l’islam s’est répandu en trois étapes dans les pays chrétiens d’Afrique du Nord et de l’Empire byzantin. Dans une première étape, une infiltration pacifique de groupes arabes isolés, s’installant en paix. Puis une sorte d’acclimatation religieuse : on faisait pacifiquement admettre la validité de la religion coranique. Et ce qui est ici particulièrement instructif, c’est que ce sont les chrétiens qui ouvraient les bras à la religion soeur, sur le fondement du monothéisme et de la religion du Livre, et enfin lorsque l’opinion publique était bien accoutumée, alors arrivait l’armée qui installait le pouvoir islamique — et qui aussitôt éliminait les Eglises chrétiennes en employant la violence pour convertir.

Nous commençons à assister à ce processus en France (les autres pays européens se défendent mieux). Mais c’est du rêve éveillé que de présenter un programme de fédération islamique en France, pour mieux intégrer les musulmans. Ce sera au contraire le début de l’intégration des Français dans l’islam.

La seule mesure juridique valable, c’est de passer avec tous les immigrés un contrat comportant : la reconnaissance de la laïcité du pouvoir, la promesse de ne jamais recourir au djihad (en particulier sous forme individuelle — terrorisme, etc.), le renoncement à la diffusion de l’islam en France. Et si un immigré, beur ou pas, désobéit à ces trois principes, alors, qu’il soit immédiatement rapatrié dans son pays. »

*********************

Article paru dans l’hebdomadaire Réforme le 15 juillet 1989. Jacques Ellul, juriste, historien, théologien, sociologue, est décédé en 1994. De son vivant, il a publié plus de 600 articles et 48 livres, traduits dans une douzaine de langues, dont plus de la moitié en anglais. De 1953 à 1970 il fut un membre du Conseil National de l’Eglise Protestante Réformée de France. Professeur d’Histoire et de Sociologie des Institutions, à l’Université de Bordeaux, son oeuvre inclut des études sur les institutions médiévales d’Europe, l’effet de la technologie moderne sur la société contemporaine, ainsi que la théologie morale.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s