Cologne : la police désigne des délinquants maghrébins


Par Nicolas Barotte Publié le 12/01/2016

Arrestation d'un délinquant par les forces de l'ordre, à Cologne lors de la nuit de la Saint-Sylvestre.

Des groupes de voyous marocains ou algériens ont commis les agressions du jour de l’An, selon le rapport d’enquête.

De notre correspondant à Berlin

http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/12/01003-20160112ARTFIG00267-cologne-la-police-designe-des-delinquants-maghrebins.php

Derrière les agressions de Cologne, la police désigne désormais ouvertement la délinquance nord-africaine. La majeure partie des suspects identifiés s’avère être d’origines marocaine ou algérienne, ont révélé les premiers éléments de l’enquête, confirmant les témoignages. Mais les forces de l’ordre ne semblent qu’à moitié surprises. L’heure n’est plus aux précautions de langage pour éviter les amalgames ou la stigmatisation.

«Depuis 2011, les coupables de délits venus de pays d’Afrique du Nord, en particulier l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, représentent une part considérable des vols à la tire à Cologne. Ce groupe est enclin à la violence et utilise fréquemment des armes, comme des couteaux ou des gaz lacrymogènes», écrit la police dans son rapport d’enquête. Le nombre de personnes issues de cette région qui se sont rendues coupables de délits «a augmenté fortement en 2014», est-il mentionné. En 2015, «1 947 Nord-Africains» ont fait l’objet d’enquête. Les auteurs vont même plus loin, en se livrant à une comparaison avec un autre groupe d’immigrants sous le feu des projecteurs. «Une évaluation montre que seulement 0,5 % des migrants syriens se sont livrés à des délits» pendant l’année qui suit leur arrivée, «tandis que cette proportion atteint 40 % pour les (réfugiés) Nord-Africains», lit-on. Le phénomène des «Nafris», comme la police de Cologne les nomme, est surveillé depuis plusieurs mois. Dans une note interne citée par le journal Kölner Stadt-Anzeiger, ces jeunes hommes sont signalés comme «agressifs». Ils peuvent être enregistrés comme demandeurs d’asile ou résider de manière irrégulière sur le territoire. La police ne donne pas d’explication à cette surreprésentation de ces groupes dans les statistiques de la délinquance. Il pourrait s’agir de mafias.

Dans son rapport, la police s’inquiète aussi de voir importé en Allemagne un phénomène observé notamment lors de la révolution égyptienne: le «taharrush gamea», le harcèlement de masse des femmes dans les foules. «Un groupe de travail va analyser le phénomène et le moyen d’y répondre», promet-on. Ces violences sexuelles avaient scandalisé lors des grandes manifestations sur la place Tahrir. Cette «nouvelle forme» de criminalité préoccupe aussi le BKA, la police fédérale: «ces événements sont pris très au sérieux», explique-t-on. Dans l’opinion publique, la perception de l’immigration arabe risque d’être profondément abîmée.

L’immigration nord-africaine inquiète les autorités allemandes qui ont constaté «l’augmentation» des demandes d’asile de Marocains ou d’Algériens ces dernières semaines, alors que ces groupes étaient inexistants dans les chiffres du début de l’année. Avec 2 896 demandeurs d’asile en décembre, contre 2 690 en novembre, les Marocains sont le seul groupe à progresser. Même le nombre de réfugiés syriens a reculé le mois dernier.

Faciliter les expulsions

Cette nouvelle route migratoire constitue «un motif d’inquiétude», a déclaré au début du mois le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière. Cet afflux nouveau a été constaté en Grèce, à la frontière extérieure de l’Europe. «Nous avons un nouveau phénomène: des Marocains et des Algériens arrivent en grand nombre», a observé au début de l’année le ministre grec en charge de l’Immigration, Ioannis Mouzalas. Ces immigrants choisissent de passer par la Turquie pour rejoindre l’Europe: la route est plus longue mais elle semble plus facile.

Pour faciliter l’expulsion des immigrants nord-africains qui n’ont pas droit à l’asile, la CSU, l’allié bavarois d’Angela Merkel, voudrait inscrire le Maroc et l’Algérie sur la liste des «pays sûrs», pour les ressortissants desquels les procédures sont accélérées. La chancelière s’est montrée ouverte à l’idée. «Leurs perspectives de rester en Allemagne sont plus réduites que celles des Syriens ou des Irakiens», a-t-elle convenu.

Mardi, Angela Merkel recevait à la chancellerie le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal. Un accord devrait être conclu pour renvoyer «de manière appropriée» les ressortissants algériens dans leur pays d’origine, a-t-elle expliqué, en notant le «grand nombre» d’Algériens arrivés récemment «illégalement» en Allemagne. «Il faut naturellement bien s’assurer qu’il s’agit bien d’Algériens», a tempéré son hôte. Parallèlement, le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière, et le ministre de la Justice, Heiko Maas, ont annoncé un accord de la coalition CDU/CSU-SPD pour faciliter les expulsions de demandeurs d’asile condamnés en Allemagne. «C’est une réponse dure mais bonne de l’État», a expliqué Thomas de Maizière. «Les criminels doivent rendre des comptes», a déclaré Heiko Maas. Un ordre de quitter le territoire pourra être formulé par la justice sitôt des peines avec sursis prononcées.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s