Marck : la colère du maire après l’intrusion de migrants dans une cour d’école

PUBLIÉ LE 08/01/2016  PAR CHLOÉ TISSERAND

Ce vendredi vers 8 h 30, plusieurs dizaines de migrants se sont introduits dans la cour de l’école maternelle des Hautes Communes au moment de l’arrivée des enfants.

IMG_0172

http://www.lavoixdunord.fr/region/marck-la-colere-du-maire-apres-l-intrusion-de-ia33b48599n3259108

Trente à cent migrants, selon la municipalité, auraient été délogés par la police aux frontières (PAF) sur la zone Transmarck au niveau des parkings sécurisés de poids lourds. Le groupe serait alors remonté dans les différentes rues de la ville pour rejoindre le camp Jules-Ferry, situé chemin des Dunes à Calais, et se serait introduit dans une propriété privée constituée d’un bois et qui donne sur l’arrière de l’école maternelle des Hautes-Communes. Le mur d’enceinte de cette propriété, situé rue Jacques-Prévert, est démoli en plusieurs endroits.

Les migrants seraient arrivés juste avant l’arrivée des élèves, vers 8 h 15. La police municipale qui assure la sécurité des écoles dans le cadre du plan Vigipirate était sur place. Les migrants ont d’eux-mêmes rapidement quitté l’établissement. Ils n’ont fait que traverser la cour, sans pénétrer dans le bâtiment scolaire.

« Je demande le soutien de l’État »

« Je suis scandalisé par ce qui est arrivé, a indiqué le maire, ce vendredi. Nous sommes en lien avec les services de la préfecture pour assurer la sécurité des écoles. J’exige que les migrants ayant pénétré dans l’enceinte scolaire soient retrouvés, poursuivis et condamnés pour intrusion dans un établissement scolaire, ce qui constitue un délit puni par notre code pénal. » Une entreprise calaisienne est sur place afin de chiffrer le montant de travaux d’installation de grilles plus solides car celles par lesquelles sont entrés les migrants sont usées voire inexistantes. « J’ai prévu un plan pluriannuel à hauteur d’1 M € pour sécuriser les écoles, a précisé le maire. On devait commencer en 2016 par Victor-Hugo mais on ajoutera les Hautes-Communes. Nous demandons le soutien de l’État car ce n’est pas à la municipalité de payer les conséquences d’une situation dont on a hérité. » La directrice de l’école des Hautes-Communes n’a pas souhaité s’exprimer.

La préfecture a été alertée. Lorsque la police nationale est intervenue, il n’y avait plus de migrants présents dans la cour. Les services de l’État disent rester vigilants. Aucun dépôt de plainte n’a été effectué. Le maire envisage également « la pose progressive de caméras de videoprotection aux abords des établissements communaux » et va demander à la police municipale d’assurer « une présence aux abords de l’école lors des entrées, sorties et récréations ». Pierre-Henri Dumont estime « urgent » la pose de parois autour de la propriété située à l’angle de la rue Jacques-Prévert et de l’avenue de Calais et va demander « aux autorités compétentes la sécurisation complète de Transmarck et une présence permanente des forces de sécurité ».

Contacté ce vendredi après-midi, l’inspecteur académique Éric Hennebecke a souligné : «Effectivement, il y a eu un passage de migrants dans la cour mais il n’y a absolument eu aucune implication qui a pu avoir des conséquences sur les classes ou les élèves. »

Cet après-midi, à la sortie de l’école, à 16 h 15, certains parents n’étaient « pas au courant » de l’intrusion matinale. « Oui, j’ai vu des migrants courir dans la rue mais on ne m’a rien dit», explique une mère d’élève. Une autre maman notait avoir « vu un agent de la police municipale ce matin dans la cour. Mais du côté de l’école, on ne m’a rien dit ». Une autre marckoise s’inquiétait un peu plus : « On ne va plus se sentir en sécurité nulle part… »

Cet incident intervient à quelques jours de l’ouverture du camp humanitaire qui permettra l’accueil de nuit de 1 500 migrants, à côté du centre Jules-Ferry. Cette ouverture de conteneurs chauffés doit s’accompagner de la réduction progressive du nombre de migrants dans la « jungle », l’État ayant décrété que la jauge maximale pour Calais est de 2 000 migrants.

Avec l’hyper-sécurisation du port de Calais et du Tunnel, les passages clandestins vers la Grande-Bretagne sont devenus quasiment impossibles selon la préfecture, qui explique de cette manière les tentatives désespérées de certains migrants et les affrontements récurrents avec les forces de l’ordre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s