Syrie : quand Hollande donne ses instructions à Poutine

par Le YétiLe monde d’après

xx
Poignée de mains entre Vladimir Poutine et François Hollande le 2 octobre 2015 à l’Élysée

« Ce que j’ai rappelé au président Poutine, c’est que les frappes doivent concerner Daesh et uniquement Daesh. » (François Hollande, 2 octobre 2015).

http://yetiblog.org/index.php?post/1490

On s’amusera de l’effet qu’a très certainement produit cette injonction péremptoire faite par le président français à son homologue russe à l’issue de leur tête-à-tête du vendredi 2 octobre à l’Élysée. Passé l’éclat de rire, on s’étonnera de ce curieux distinguo qui exclut de fait toute une partie de la mouvance islamique extrême gangrenant la Syrie.

Que l’on sache, le Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Quaïda sévissant au nord-ouest du pays, ne se différencie guère, en matière d’horreurs, de son frère ennemi Daesh.

Une armée rebelle fantôme

Dans la guerre de communication qui bat naturellement son plein en cette période de conflit pour la prééminence géopolitique au Moyen-Orient, l’élément de langage déployé par la coalition sous égide américaine est que l’armée russe a bombardé des positions tenues par des forces amies, formées et équipées par le Pentagone.

Les “rebelles amis” du Pentagone, parlons-en : le plan initial de Washington prévoyait de former et d’équiper un effectif d’environ 5.000 rebelles par an pendant trois ans. À l’heure qu’il est, le Pentagone recense en tout et pour tout deux groupes de respectivement 54 et 70 combattants, et n’est assuré que de la présence réelle d’une dizaine d’entre eux sur le terrain des opérations.

Mieux, toujours selon le Pentagone (relayé par l’AFP ), ceux-là viennent d’avouer avoir refourgué au Front al-Nosra 25 % du matériel militaire que leur avait obligeamment fourni l’Oncle Sam, cela comme droit de passage dans le secteur. Sûr que le régime de Bachar el-Assad doit trembler devant une telle armée de bras cassés. Sûr qu’ils constituaient à eux dix la cible la plus urgente à éliminer pour Poutine et ses avions Sukhoi SU-30 SM.

Comme le souligne Robert Fisk , correspondant sur place de The Independent, les rebelles “modérés” ne sont guère qu’un miroir aux alouettes servi aux citoyens-lambda par une propagande occidentale complètement déjantée :

« Les rebelles modérés soutenus par l’Occident ne jouent qu’un rôle marginal parmi les combattants de l’opposition syrienne. Robert Ford, l’ancien ambassadeur américain en Syrie, longtemps partisan de ceux-là, a reconnu cette année qu’en réalité “les gens que nous avons soutenus se sont pas en mesure de tenir le terrain face au Front al-Nosra”. Pourtant, la politique occidentale continue de prétendre qu’il y a encore une alternative “modérée” à Assad, dont les forces n’en finiraient pas de décliner. »

Incohérence contre stratégie

Si les citoyens-lambda peuvent ignorer les tenants et les aboutissants d’une situation scabreuse de conflit, il en va tout autrement d’un président en exercice, fût-ce François Hollande. C’est à coup sûr en pleine connaissance de cause que celui-ci s’est une nouvelle fois livré à une de ses ineffables tartarinades. Dès lors, la bouffonnerie devient vite malodorante. En couvrant ouvertement tout un pan de la mouvance islamiste (le Front al-Nosra), François Hollande montre qu’il sacrifie à la politique de la terre brûlée pratiquée par le maître américain.

Pulsion suicidaire, aveu d’impuissance, illustration d’une incommensurable bêtise ? Ce qui ressort de cette lamentable histoire, c’est que la Russie, comme elle l’avait déjà fait en 2013 en dissuadant les forces de l’Otan de bombarder le régime syrien, est bel et bien en train de marquer des points décisifs dans la maîtrise du Moyen-Orient, en faisant montre, comme le note Philippe Grasset sur son blog Dedefensa , d’une volonté “gaullienne” qui fait tant défaut au président français :

    • Vladimir Poutine obéit à une stratégie là où ses adversaires agissent de façons erratiques et incohérentes (ces bombardements aveugles qui depuis un an n’ont jamais empêché l’État islamique de progresser) et sous des prétextes exclusivement narratifs (“guerre préventive”, “légitime défense”…) ;
    • le maître du Kremlin veille à rester dans une stricte légalité : il répond à une demande d’aide officielle du seul gouvernement légitime actuel de la Syrie (quoi qu’on pense du “dictateur” en place) et consulte son Parlement avant d’agir ;
  • il réaffirme la claire supériorité de son pays, tant dans le domaine politique que militaire, assuré qu’il est du soutien de ses alliés chinois et iranien.

Avec les Russes, écrit Philippe Grasset, « la guerre, c’est vraiment la guerre », pas un spectacle médiatique façon Grand-Guignol, ni une rhétorique fumeuse colportée par un valet de comédie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :