Le mystérieux jardin de sculptures du poète britannique Edward James à Xilitla

C’est près du petit village de Xilitla, qu’Edward James a fait l’achat d’une plantation de café en 1947 pour y créer un jardin d’orchidées. Poète anglais excentrique, héritier d’une fortune colossale, Edward James décide de devenir le mécène d’artistes émergeant du mouvement surréaliste. C’est ainsi qu’il devient ami de Salvador Dali et de René Magritte.
Lors d’un voyage au Mexique, il fait la rencontre du jeune Plutarco qui allait le suivre dans la jungle et devenir le contremaitre de la réalisation de son œuvre. Pendant plus de 30 ans, avec l’aide de centaines d’ouvriers de la construction et de maçons ils allaient réaliser à partir de tiges de métal et de ciment 36 sculptures monumentales réparties sur 32 hectares.
Le site de las Pozas comporte des chutes d’eau en cascades et des bassins dont Edward James en a tiré le nom. Depuis 2007, une fondation a été créée pour sauvegarder ce patrimoine culturel et continuer de l’ouvrir aux visiteurs en toute sécurité.

Le site officiel: http://xilitla.org/index.php

Las Pozas est un jardin de sculptures créé entre 1962 et 1984 par le poète britannique Edward James à Xilitla, au Mexique.

Las Pozas est situé dans le sud-est de l’État mexicain de San Luis Potosí, à 1 km au nord de la commune de Xilitla. Le lieu s’élève environ 583 m au-dessus du niveau de la mer, dans la forêt tropicale des montagnes mexicaines. Il s’étend sur plus de 32 ha et comprend un réseau de cascades naturelles et d’étangs (qui donnent leur nom au site : « Les Bassins » ou « Les Piscines »).

Le site est ponctué d’une trentaine de folies et de fabriques, d’immenses sculptures surréalistes en béton, s’élevant parfois sur quatre étages. Les nombreux sentiers du jardin sont constitués de marches, rampes, ponts et passerelles étroites et sinueuses qui traversent la vallée1.

Historique

Au début des années 1940, le poète britannique Edward James (1907-1984) s’installe à Los Angeles et décidé qu’il « désire monter un Jardin d’Éden » et qu’il se rend compte « que le Mexique est nettement plus romantique » et a « bien plus de place qu’il n’y en a dans le sud surpeuplé de la Californie »2. À Hollywood en 1941, son amie et cousin, la peintre Bridget Bate Tichenor (en), l’encourage à chercher un lieu surréaliste au Mexique afin d’exprimer ses divers intérêt ésotériques3. À Cuernavaca, il engage Plutarco Gastélum Esquer, un indien yaqui, comme guide. Ils découvrent Xilitla en novembre 19454. Au bout du compte, Plutarco Gastélum épouse une femme du coin, avec qui il a quatre enfants. Pour eux, James est « Oncle Edward », et il demeure fréquemment chez eux dans une maison que Plutarco a bâtie, un château de ciment d’imitation gothique, désormais un hôtel, la Posada El Castillo5.

En 1947, James acquiert une plantation de café à proximité de Xilitla, au lieu-dit Las Pozas. Il y plante des orchidées — jusqu’à 29 000 à un moment6 — et y élève des animaux exotiques pour lesquels il érige un ensemble de petits niches ; James possède de nombreux animaux exotiques et débarque d’ailleurs un jour à l’Hotel Francis à Mexico avec ses boas constrictors apprivoisés5. En 1962, un gel exceptionnel détruit la plupart des orchidées. À partir de ce moment et jusqu’à sa mort en 1984, James construit une multitude de structures en béton, d’inspiration surréaliste, aux noms comme « la Maison sur trois étages qui en aura en fait cinq, ou quatre, ou six », « la Maison avec un toit comme une baleine » ou « l’Escalier vers le paradis »5.

La construction de Las Pozas coûte plus de 5 millions de dollars. Pour la financer, James vend aux enchères sa collection d’œuvres surréalistes5. Après la mort de James en 1984, la famille Gastélum reprend l’entretien de l’œuvre.

À l’été 2007, la Fundación Pedro y Elena Hernández, la société Cemex et le gouvernement de l’État de San Luis Potosí achètent Las Pozas pour 2.2 millions de dollars et crée le Fondo Xilitla, une fondation dédiée à la préservation et à la restoration du site4. La végétation tropicale commençant à fortement dégrader les structures en béton, le Fonds mondial pour les monuments inclut Las Pozas sur sa liste de 2010 ; une restauration débute en 20127


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :