Propagande: Le Monde avoue : « Il fallait influencer l’opinion française … »

Préambule:

http://www.bbc.com/news/uk-politics-18519395

Peter Sutherland

L’UE doit « saper l’homogénéité des nations européennes » déclare le responsable des migrations à l’ONU
Peter Sutherland a déclaré à ses pairs que la prospérité future d’une grande partie des états européens dépendrait de leur capacité à devenir multiculturels.
M. Sutherland, président non exécutif de Goldman-Sachs International et ancien président du géant pétrolier BP, dirige le « Global Forum on Migration and Development », qui regroupe les représentants de 160 pays afin de partager les mêmes orientations politiques.
Il a affirmé au comité de la Chambre des Lords que le migration était un « élément dynamique crucial pour la croissance des économies » dans certains pays européens, « cependant difficile à expliquer aux citoyens de ces pays ».


Le Monde, les photos, et l’invasion migratoire

http://www.ojim.fr/le-monde-les-photos-et-linvasion-migratoire/


Enfant Aylan Kurdi mort sur la plage : ce que la photo recadrée vous a caché

original.83659.demiLa photo tragique de cet enfant mort sur une plage et reprise par la presse internationale pour attendrir les occidentaux et leur faire accepter les réfugiés syriens – alors qu’ils saturent d’une immigration islamiste imposée, la photo de l’enfant Aylan Kurdi, mort sur les côtes turques, a été recadrée par des médias populistes, pour émouvoir et endormir la raison.
Enfant Aylan-Kurdi

Regardez à droite la partie encerclée : alors qu’un garde cote prend des notes, qu’un autre, avec son appareil photo, semble occupé ailleurs, deux turcs, à quelques dizaines de mètres, sont en train de pêcher à la ligne, imperturbables, indifférents à la présence de l’enfant mort.


Migrants: pornographie morbide et manipulation

Certaines photos occultent l’essentiel

Publié le 07 septembre 2015

aylan migrants syrie ukraine

http://www.causeur.fr/migrants-aylan-kurdi-syrie-ukraine-34461.html

On m’a proposé de participer à l’émission Infrarouge de la Télévision suisse romande le 8 septembre pour débattre d’une brûlante question d’éthique : la diffusion de la photo du petit noyé Aylan Kurdi échoué sur une plage. J’ai dû décliner à cause d’un voyage, mais j’ai rarement autant regretté de ne pas pouvoir m’exprimer sur un sujet. Ne pouvant le faire en télévision, je résume ma position par écrit et en deux mots : outrage et manipulation ! En voyant la photographie de cet enfant, j’ai senti comme tout un chacun mon menton se mettre à trembler. La position du corps, les petits vêtements, les petites chaussures aux semelles arrondies : tout était rondelet, mignon, enfantin, tout appelait la caresse et la protection. Et tout était mort ! Comme l’a dit un écrivain, on a envie d’entrer dans l’image et de retourner ce corps, de le ramener à la vie. Cette photographie est une perfection. Elle remue nos instincts les plus sacrés. Elle donne un visage à la tragédie du Moyen-Orient chassé de ses foyers, tout comme le sourire candide d’Anne Frank incarne la Shoah, comme la grimace de douleur de Kim Phuc, la fillette brûlée au Napalm résume le désastre du Vietnam.

Elle dit tout, cette photographie. Tout, sauf l’essentiel. Elle nous fait oublier la nature du rapport entre la tragédie de cette famille syrienne échouée en Turquie et notre culpabilité, à nous, citoyens européens, cette culpabilité qu’elle sert pourtant à attiser. On nous la flanque à la figure pour nous faire baisser la garde, à nous, non à ceux qui sont directement responsables de la mort d’Aylan Kurdi. Comme si l’on avait imputé la mort d’Anne Frank au manque de solidarité des habitants d’Amsterdam en omettant de mentionner qu’elle était expressément traquée par un État tiers, l’Allemagne, et l’idéologie meurtrière qui s’était emparée de cet État, le nazisme. Le père d’Aylan avait vu onze proches assassinés par l’État islamique. S’il a embarqué sa famille dans cet exode, est-ce à cause de nous, citoyens d’Europe, ou à cause de Daech et de ses sponsors ? Comment se fait-il que les mêmes instances qui nous demandent aujourd’hui d’accueillir tous ces malheureux soient celles-là mêmes qui, par leur politique du chaos, ont provoqué leur exode, qui n’ont pas levé le petit doigt contre la filière des passeurs en Méditerranée et qui aujourd’hui encore s’opposent à toute intervention armée décisive contre l’État islamique ? Le petit corps d’Aylan Kurdi s’est échoué à point devant l’objectif du photographe pour nous faire ravaler les questions qui se pressaient au bout de notre langue.

La diffusion d’images de cadavres est un outrage à la paix des morts, qui est en réalité la paix des vivants. Quelle sérénité nous reste-t-il à l’idée de notre propre mort, si notre corps déserté doit servir demain à on ne sait quelle représentation, au profit d’on ne sait qui ? Quel moyen avons-nous de nous y opposer ? C’est un outrage à la raison elle-même, court-circuitée par des réactions émotives primaires délibérément aiguillonnées. Et c’est lorsqu’on réduit ainsi les cerveaux à des cervelets que l’outrage vire à la manipulation de masse dans sa forme la plus sommaire et la plus cynique. Ce n’est sans doute pas ainsi que les rédactions conçoivent leur « mission d’information ». Conçoivent-elles quoi que ce soit, du reste, dans ces minutes décisives où le seul impératif qui compte est de « faire plus fort » que la concurrence ? Qui a résisté à l’envie de choquer ? Personne. Les palinodies déontologiques sont reléguées en deuxième semaine. Elles contribuent à la vente presque autant que le scandale qui les a suscitées. Pour preuve, l’émission elle-même à laquelle j’aurais dû participer. « Fallait-il ? Fallait-il pas ? Et comment ne pas ?…» Simples répliques de théâtre. Bien sûr qu’il fallait ! Bien sûr qu’on recommencera, en pire si possible ! Pas pour vendre du scandale : pour « sensibiliser » les opinions, bien entendu ! Cela encore est un mensonge. L’excès de sensibilisation accélère la désensibilisation. Le Figaro a interrogé ses lecteurs le 4 septembre pour savoir si cette photo « modifie [leur] vision de la crise des migrants ». Sur 58 200 réponses, 18 % seulement sont positives. Encore ne sait-on pas dans quel sens la vision des gens a été modifiée. Il n’empêche à partir de l’instant précis où cette photo est parue, les opinions des pays d’accueil font officiellement l’objet d’un conditionnement systématique et délibéré. Le but n’est pas de les convaincre — on s’en fout —, mais de les intimider et de les faire taire. À l’exception partielle des Suisses, les citoyens européens n’ont aucun moyen de se prononcer démocratiquement sur cette présence qui leur est imposée au nom de l’émotion et de l’éthique humanitaire. La photo du petit noyé leur interdit même d’exprimer en privé leurs préoccupations. Pour ma part, j’aurais répondu oui à la question du Figaro. Oui, la diffusion massive de cette photographie obscène a modifié ma vision de lacrise (non des migrants eux-mêmes). Ce n’est plus une fatalité « naturelle » à quoi nous avons affaire, l’équivalent d’un tsunami ou d’un tremblement de terre. C’est un levier politique installé à demeure en Europe et que nos autorités — le système politico-médiatique — exploitentcontre leur propre population. Mais pas au profit des nouveaux arrivés, non. Ceux-ci déchanteront bien vite en voyant à quoi ils auront servi.

Quant à nous, toute notre vie publique va désormais, et pour longtemps, s’articuler autour de notre attitude, bienveillante ou hostile, face à eux. Nous serons jugés à chaque pas, chaque mot, plus que nous ne l’avons jamais été. Pourquoi ces mêmes médias n’ont-ils jamais diffusé les photographies de djihadistes manifestement non européens exhibant des têtes coupées de Serbes en Bosnie dans les années 1992-1995 ? Pourquoi ne montrent-ils pas à la Une les chrétiens horriblement crucifiés pratiquement chaque jour en Syrie ou en Irak par Daech ? Pourquoi occultent-ils les centaines d’heures de vidéo, les milliers de photographies sanglantes documentant le bombardement délibéré des populations civiles d’Ukraine orientale par l’armée du gouvernement putschiste de Kiev ? En tant qu’éditeur et chroniqueur, j’ai reçu dès 1992 les photographies des têtes coupées en Bosnie et je reçois constamment, via e-mail et Twitter, les photographies de la boucherie dans le Donbass. Je n’ai jamais rien rediffusé de tout cela. Le plus insoutenable était la vidéo de cette jeune et belle mère de famille, Inna Kukurudza, filmée dans ses derniers instants de vie, le corps scindé en deux par une bombe ukrainienne en plein centre de Lugansk le 5 juin 2014. Si les télévisions occidentales avaient passé ces trente secondes sans autre commentaire que la date, le lieu et les circonstances, le régime de Kiev se serait sans doute effondré. Elles s’en sont bien gardées, pensez-vous. Le levier de labronca émotionnelle est une arme de blitzkrieg à un seul coup. On ne l’actionne jamais gratuitement. Passée la première vague de sentiment, il ne fait aucun doute que les populations européennes retrouveront leurs réflexes de méfiance et de peur. Le malheureux garçonnet sur sa plage sera oublié dans un an, mais pas la promiscuité, l’effort imposé à des économies chevrotantes, le développement du travail au noir, l’accroissement réel ou fantasmé de l’insécurité et l’expansion inévitable du djihadisme.

N’y avait-il pas une manière plus civilisée de le préparer à la cohabitation qui les attend ? Le reportage primé, puis adapté au cinéma, de Maria Pace Ottieri sur les naufragés de Lampedusa, Une fois que tu es né, tu ne peux plus te cacher, dont j’ai eu la chance de publier la traduction française, décrit cette migration avec profondeur et lucidité, en dépit de la sensibilité de gauche affirmée de son auteure. Ottieri n’a pas pris la mer avec les garde-côtes pour filmer des cadavres — et Dieu sait si elle aurait pu —, mais pour intercepter des êtres vivants à l’instant précis de leur arrivée en cette terre promise européenne. Elle les a écoutés, interrogés avec tact et empathie. Elle a suivi leur cheminement ultérieur. On l’oublie à trop regarder la télévision, mais ces gens ne sont pas une masse affamée et stupide. Ce sont des individus humains à part entière, tout comme nous, et parfois un peu davantage. Un chagrin immense se dégage de son livre. Le chagrin pour tant de vies perdues ou détournées par une odyssée tissée d’illusions. Pour une fois, ce n’est pas notre peur qui nous est donnée à sentir face à eux, mais leur déboussolement face à nous, leur rancœur face aux images idylliques qui leur étaient servies sur notre réalité, leurangoisse, souvent, au milieu d’un monde dont les codes leur sont étrangers — et paradoxalement plus froid et plus dur, à plus d’un titre, que celui d’où ils sont venus. Pour la couverture de l’édition Xenia, nous avons choisi un corps échoué, déjà, mais recouvert d’un drap. Et, surtout, un corps dessiné, non photographié. Ce choix avait fait l’objet de plusieurs jours de discussion. La médiation artistique, tout comme le récit, ôte aux scènes horribles cette crudité de la photographie qui titille les pulsions voyeuristes. La chair photographiée est étalée dans sa pseudo-matérialité objective. On oublie que ce ne sont que taches d’encre sur du papier ou pixels sur un écran, et l’on oublie la présence déterminante du photographe dont le « clic » constitue le coup d’envoi de la mise en scène. Et, surtout l’on s’épargne l’épouvantable puanteur, le toucher immonde de la chair raidie ou déjà décomposée. Voire, le cas échéant, les cris de douleur insupportable des proches présents. Le spectateur d’une photo de cadavre est exactement comme le mateur d’un spectacle pornographique protégé par sa vitre.

Les témoignages et les enquêtes de fond sur le phénomène migratoire n’ont pas vraiment la cote. Ottieri fut distinguée dans son pays parce qu’on ne pouvait faire autrement, mais cela n’a rien changé. Les migrants sont demeurés des statistiques désagréables. La traduction française de son livre, parue en 2007, n’a eu droit à aucun compte rendu dans aucun média significatif du monde francophone. Les Européens à qui on veut faire avaler sans broncher un des mouvements de population les plus colossaux de l’histoire ne sont pas des citoyens qu’on veut convaincre, mais des chiens de Pavlov qu’on s’emploie à dresser.


http://makingof.blog.lemonde.fr/2015/09/06/pourquoi-nous-avons-publie-la-photo-du-petit-aylan/

Le Monde: Pourquoi nous avons publié la photo du petit Aylan

Le jeune Aylan Kurdi, 3 ans, originaire de Syrie, mort en tentant de rejoindre la Grèce depuis la Turquie. (AP Photo/DHA, File)

Il y a des images qui font l’effet d’une gifle. Depuis plusieurs semaines, les fils d’agence photo et vidéo regorgent d’images de réfugiés venus de Syrie, d’Erythrée ou d’ailleurs qui affluent vers l’Europe, de leurs passages de frontières sous des barbelés, de leurs périples entassés dans des trains, de leur attente désespérée en gare, de leur sauvetage par des gardes-côte.

Rien que dans la matinée du 1er septembre, une vingtaine de vidéos étaient parvenues à la rédaction sur le seul fil de l’agence Reuters : à la gare de Budapest, à la frontière serbo-hongroise, en Autriche, en Allemagne… Nous en avions fait unecompilation qui montrait une journée de migration en Europe. Tout en sachant que malheureusement, le lendemain, des images semblables nous arriveraient à nouveau.

Et puis mercredi 2 septembre, nous sommes tombés sur une image : un petit corps minuscule, échoué sur une plage turque, charrié par les vagues. Une image terrible, symbolisant à elle seule l’inaction de l’Europe, nous renvoyant à notre indifférence collective. C’est un collègue qui surveille particulièrement les médias sociaux arabes qui nous alerte sur l’existence de photos montrant des enfants morts sur une plage turque après l’échec d’une traversée vers la Grèce. De nombreux internautes partagent ces clichés avec le hashtag turc  #KiyiyaVuranInsanlik, “l’humanité échouée”.

(AP Photo/DHA, File)

Peu de temps après, l’agence Reuters diffuse sur son fil la vidéo montrant la scène.

La semaine dernière, nous avions décidé de ne pas publier une vidéo montrant des adolescents noyés sur une plage de Libye. Notamment parce que la façon dont elle était filmée (avec de nombreux gros plans), nous paraissait trop choquante.

Nous sommes responsables des images que nous montrons. Mais aussi de celles que nous ne montrons pas et que nous gardons pour nous. L’espace d’un instant, nous avons considéré que l’image de Bodrum ferait partie de celles que nous ne montrerions pas, dont nous garderions le poids pour nous.

Mais très rapidement, et peut-être à cause du trop-plein d’images récent, il est apparu aux personnes chargées du “desk”  qu’il ne fallait pas masquer cette part de la réalité de la migration en Europe. La crise des réfugiés ne se résume pas à des flux de population. Des milliers d’entre eux meurent aux portes de l’Europe et il nous appartient de le montrer et l’expliquer.

Des collectifs de journalistes ont déjà publié les chiffres des victimes de la « forteresse Europe ». Nous avons fait des cartes et des graphiques montrant les dangers des routes migratoires. Mais tout autre est la force de l’image du jeune Aylan Kurdi, sur la plage de Bodrum. Tout comme il y a eu une petite fille brûlée au napalm devenue aux yeux du public une icône de l’atrocité de la guerre du Vietnam, il y a cet enfant, le visage enfoui dans le sable, à quelques encablures de nos côtes, qui est désormais “emblème de cet afflux migratoire sans précédent que nous ne voulons pas voir.

Notre première réaction a pourtant été de ne pas diffuser la vidéo dans son intégralité. Elle comportait des gros plans et de longs passages sur le corps de l’enfant. Les plans, même filmés de loin, étaient suffisamment explicites pour délivrer leur message en quelques images seulement.

Même lorsqu’il a fallu extraire une image de cette vidéo pour utiliser sur la “une” du site, nous avons hésité à reprendre l’image du jeune enfant gisant sur la plage. Après débat, nous l’avons fait, en prenant une capture d’écran en plan large, montrant Aylan étendu.

Sur notre page Facebook, nous publions ce texte en accompagnement de la vidéo :

VIDEO – La Méditerranée est la route la plus mortelle pour les migrants venant chercher refuge en Europe. Ce matin, la mer Egée a recraché les corps de onze personnes qui avaient essayé d’atteindre l’île grecque de Kos –  Attention, certaines images de cette vidéo peuvent heurter la sensibilité.

L’accueil de nos internautes est glacial. Plusieurs utilisateurs de Facebook reportent cette photo au réseau social comme un “contenu inapproprié”. Des commentaires nous reprochent de ne pas laisser le choix à nos internautes.

Bonjour LeMonde.fr, j’ai remarqué que votre publication récente pourrait être contraire aux standards de la communauté Facebook en matière de contenu indésirable. Vous devriez peut-être la supprimer avant que quelqu’un ne la signale à Facebook.

Bonjour Le Monde.fr. Quelque chose me dérange dans cette publication dans le fait de montrer la photo d’un enfant mort. C’est une image morbide et racoleuse, et en ces temps où l’on parle sans cesse de la dignité des migrants, je doute que ce soit la meilleure façon de la leur rendre. J’espère que vous pensez comme moi et que cette photo sera supprimée de votre site. Merci.

Rapportés par notre “social media editor” (notre journaliste chargé des réseaux sociaux) en fin d’après-midi, ces différents commentaires provoquent un débat qui est d’abord tranché en utilisant une image moins violente, tirée de la même vidéo :

http://www.facebook.com/plugins/post.php?app_id=&channel=http%3A%2F%2Fstatic.ak.facebook.com%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F44OwK74u0Ie.js%3Fversion%3D41%23cb%3Df21cfa1ec4%26domain%3Dmakingof.blog.lemonde.fr%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fmakingof.blog.lemonde.fr%252Ff116bab8dc%26relation%3Dparent.parent&container_width=549&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Flemonde.fr%2Fposts%2F10153665587597590&locale=en_US&sdk=joey&width=500

Pour autant, d’autres lecteurs nous écrivent aussi pour soutenir la démarche de montrer une telle photo :

Bonjour,
Quand j’ai ouvert Facebook quelques moments avant, j’ai trouvé un post avec l’enfant mort à la plage. Vous avez prevenu les gens que la photo et l’histoire derrière pourrait déranger des âmes sensibles.
Oui, cette photo fait mal. Cette photo mêne aux larmes, elle donne un visage (même si le visage d’enfant n’était pas visible) aux drames qui se passent dans la méditerranée.
A mon avis, c’est votre devoir: de déranger, d’ouvrir les yeux du public aux faits qui sont moins confortables à regarder.

Du côté du journal papier, la question de publier la photo d’Aylan Kurdi ne se pose pas encore le mercredi en fin d’après-midi, quand sont déterminés les sujets qui seront publiés dans le journal du lendemain. L’image n’a pas encore la résonance qu’elle aura quelques heures plus tard.

C’est en voyant en début de soirée la “une” du journal britannique The Independentque Luc Bronner, directeur de la rédaction, est alerté par l’importance de cette photo. De nombreux journaux européens reprennent cette image en “une” et nous publions dans la nuit un post sur le blog Big Browser analysant son impact.


Quels que soient les sondages, les français ne sont pas dupes (ce dont leurs élus se foutent totalement). Vous avez dit « Démocratie » ?

Sondage Immigration 02Immigration SOndageImmigration Immigration Migrants Immigration 20150908Sondage ImmigrationAsile immigration

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s