Électricité : Un rapport accablant… qui n’empêchera pas les choix idéologiques scandaleux qu’il dénonce

par Jean-Luc Tur

Le 5 mars 2015 une commission d’enquête a rendu son rapport1 sur « les tarifs d’électricité » à l’Assemblée Nationale qui l’a adopté.

http://www.pauljorion.com/blog/2015/07/30/electricite-un-rapport-accablant-qui-nempechera-pas-les-choix-ideologiques-scandaleux-quil-denonce-par-jean-luc-tur/

Ce rapport est avant tout un réquisitoire sur les résultats de l’ouverture totale des marchés en 2007 et du capital d’EDF, sur l’imbroglio du libéralisme dans le domaine … et des coûts engendrés dans un océan de centaines de milliards d’€uros.

Il se penche aussi par anticipation, sur les lourdes conséquences des mesures à venir dans le cadre de l’approfondissement de la libéralisation du marché.

Le rapport (65 pages) est construit sur la base d’auditions d’une multitude d’acteurs du marché de l’électricité (371 pages) soit 436 pages.

Extraits :

« Cette initiative est intervenue suite aux débats nés à la fois :

de la hausse continue de la facture des usagers, de l’ordre de 30 % depuis 2007 ;

– de la bataille juridique qui se joue, désormais systématiquement, à l’occasion de la fixation, par arrêté interministériel, des tarifs réglementés de vente…

Pour les entreprises, l’énergie est un facteur de production souvent essentiel. Le cas des « électro-intensifs » est emblématique, mais le double enjeu de la sécurité d’accès à l’électricité et de la stabilité des prix est déterminant pour beaucoup d’autres activités commerciales, artisanales ou agricoles. À ce titre, la disparition, au 1er janvier 2016, des tarifs réglementés « vert » et « jaune » suscite l’inquiétude de milieux professionnels. Plus généralement, notre capacité à préserver un avantage comparatif décisif inquiète : alors que la très grande qualité du système électrique français a toujours compté parmi les moyens de lutter contre la désindustrialisation de notre territoire, il ne faudrait pas que cet atout décisif se perde….

La hausse des prix est concomitante à l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité. Contrairement au « credo » européen qui affirme avec constance que la concurrence est le gage d’obtention du meilleur prix assorti du meilleur service, l’ouverture à la concurrence ne s’est pas traduite, dans les faits, par une baisse tendancielle des prix

Lire la suite

Île de Pâques, les statues possèdent des corps enfouis !

L’île de Pâques est réputée pour ses statues en forme de tête. Et selon des scientifiques, il n’y aurait pas uniquement des têtes ! meltyDiscovery revient sur ces recherches.

http://www.meltydiscovery.fr/ile-de-paques-les-statues-possedent-des-corps-enfouis-a431823.html

Les moaï de l'île de Pâques

Les statues de l’île de Pâques sont mondialement connues, car elles sont assez énigmatiques d’une époque reculée et d’une tradition ancestrale. Ainsi, une question que beaucoup de gens ont dû se poser, est-ce que les têtes ont un corps ? Avouez que vous vous l’êtes posé ! Et bien la réponse est oui ! C’est suite à une excavation que la nouvelle s’est répandue. Depuis longtemps, les scientifiques se doutaient que les moaï, nom donné aux “œuvres”, reposaient sur des corps enfouis, mais les photographes qui ont fait connaître au grand public ces statues ont entretenu le mythe des têtes reposées sur le sol. Mais entretenir le mystère ne fait-il pas partie de la beauté de cette île ?

Les têtes sont en fait des statues monolithiques creusées dans la roche volcanique par le peuple Rapa Nui entre les années 1100 et 1680, selon Artnet New. Chacun des moaï mesure environ 4 mètres de haut pour un poids de 13 tonnes. Selon les scientifiques, les statues ont été recouvertes au fil des siècles par des couches successives de sédiments jusqu’à ce que leurs corps soient complètement ensevelis. Ce n’est qu’en 2010 que l’on a pu creuser autour des moaï à des fins archéologiques. Le mystère est donc officiellement levé depuis peu, mais cela n’enlève rien à la beauté de cet art qui a traversé les âges.

Ali Najab: “Ma guerre contre le polisario“

Ali Najab en formation de pilote de chasse en France

37 ans après avoir été capturé par le Polisario, le capitaine Ali Najab revient pour Médias 24 sur les 25 années de geôle qu’il a subies dans les camps de Tindouf. Témoignage émouvant d’un héros ordinaire qui malgré les privations continue de mettre la patrie au dessus de toute considération.

Au risque de se répéter, ce capitaine de l’armée de l’air tient à rétablir sa vérité sur le conflit du Sahara. Patriote jusqu’au bout des ongles, Ali Najab soutient la cause nationale du Maroc tout en insistant sur un nécessaire devoir de mémoire.

Alerte et fringuant malgré ses 72 printemps, cet ancien militaire s’est prêté sans langue de bois à une interview publiée en plusieurs épisodes.

Les prémisses du conflit du Sahara

-Médias 24: Pourquoi accordez-vous aujourd’hui cette interview?

-Ali Najab: Je veux que cette période de l’histoire de notre pays ne tombe pas dans l’oubli et qu’elle reste gravée dans la mémoire des Marocains. Ce devoir de reconnaissance de la part de l’Etat et de la société civile me tient à cœur car il ne faut pas tourner la page sur ces années de guerre qui ont entraîné leur lot de morts, de veuves, de prisonniers …

-Vous avez fait partie des 2.300 prisonniers de guerre capturés par le polisario, quel a été votre parcours avant de devenir pilote de chasse?

Je tiens d’abord à souligner que sur 200.000 engagés marocains sur le théâtre des opérations, 2.300 captifs, ce n’est pas énorme car le conflit armé a duré 18 années avant la signature du cessez-le-feu.

Pour en revenir à mon parcours, je suis né en 1943 et suis natif de la ville de Taza. J’ai passé mon baccalauréat option mathématiques au lycée casablancais Al Khawarizmi aux côtés de Driss Jettou, J’aurais pu faire une carrière d’ingénieur mais très jeune déjà, j’avais la passion des airs.

Je me suis donc engagé à l’état-major de Rabat qui m’a envoyé à San Antonio (Texas) aux Etats-Unis où je suis sorti major de promotion. J’ai alors poursuivi ma formation de pilote de chasse au centre de formation militaire de Salon de Provence puis à Tours en France.

-A partir de là, vous êtes promis à une grande carrière militaire…

Lire la suite

Pourquoi le concept de « libération fiscale » n’est pas rigoureux

Le Monde.fr | 29.07.2015 Par Samuel Laurent

Détournement, par Contribuables associés, de l'affiche de "La grande évasion", afin de vanter son "jour de libération fiscale".

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/07/29/pourquoi-le-concept-de-liberation-fiscale-n-est-pas-rigoureux_4703836_4355770.html

Et revoilà la « libération fiscale ». Comme chaque année, plusieurs médias ont repris le communiqué de presse envoyé par l’institut Molinari, think tank libéral franco-belge, ou par l’association Contribuables associés, qui calculent tous deux cet indicateur censé matérialiser le nombre de jours de l’année où l’on travaillerait « pour l’Etat » avant de commencer à travailler « pour soi ».

Précisons-le d’emblée : le niveau de la dépense publique est élevé en France, de même que celui de la fiscalité. Ce fait est confirmé par une foule d’études et de chiffres « sérieux », et il ne s’agit pas ici de le contester. En revanche, le « jour » évoqué par les deux instituts libéraux ressort d’une méthodologie partiale et peu rigoureuse. Explications.

1. Calculs alambiqués et résultats similaires

Cette année, la « libération » intervient le 29 juillet, selon Molinari. Mais Contribuables associés, autre association de lobbying de même tendance, donne quant à elle la date du 27. Pour Molinari, on a donc un jour de plus que l’an dernier, quand Contribuables donne la même date (et deux jours de moins qu’en 2013).

Lire la suite

 « Le modèle de l’euro n’est pas viable »

Patrick Artus  pour Le Monde : « Le modèle de l’euro n’est pas viable »

A partir de 13 minutes 15 secondes

http://www.lemonde.fr/videos/video/2015/07/29/patrick-artus-economiste-le-modele-de-l-euro-n-est-pas-viable_4703635_1669088.html

Patrick Artus est un économiste français, directeur de la recherche et des études de Natixis qui a en particulier travaillé sur les nouvelles stratégies boursières des entreprises.

Ma fille, pendant 10 ans dans le même état que Vincent, en est sortie

http://www.jesoutiensvincent.com/temoignage-dune-mere-de-traumatisee-cranienne

Le comité de soutien a reçu le 20 juillet un nouveau témoignage d’une mère de traumatisé crânien. En quelques lignes elle nous rappelle que l’enjeu dépasse la personne de Vincent.

Bonjour,

Ma fille est aussi traumatisée crânienne, comme Vincent.

Je ne pourrai être présente jeudi pour entourer Vincent et sa famille.

Ce que je peux vous dire, c’est que ma fille diagnostiquée « état pauci-relationnel », est sortie de l’état pauci-relationnel 10 ans plus tard: grammaire, lecture sans lacune; maths niveau 3ème , communication. Elle est toujours nourrie par sonde , et on reprend depuis peu la rééducation alimentaire avec de la mousse au chocolat.

Je voudrais rajouter que ça me rend malade de voir qu’une mère soit obligée de se défendre bec et ongles la vie de son enfant.

Je suis écoeurée de la désinformation qui a été faite autour de Vincent, avec beaucoup de mensonges et de mauvaise foi.

Sachez que votre combat est aussi celui de milliers actuels et à venir.

Je ne veux pas écrire au Président de la République, Monsieur Hollande. J’ai voté pour lui en 2012. Je croyais qu’il garantissait les grandes valeurs universelles.

Rappelez-lui l’abolition de la peine de mort  portée par Monsieur Badinter et votée en 1981, pendant la présidence de Monsieur Mitterrand.

Montrez-lui ce message, si vous le voulez. Le lira-t-il seulement : Monsieur le Président, faut-il vous supplier, se mettre à genoux pour  implorer votre grâce ?

Je suis avec vous .

Les perturbateurs endocriniens, liste et risques

Les dangers des perturnateur endocriniens dans les cosmétiques

Une molécule qui imite, change ou bloque l’action d’une hormone et perturbe le fonctionnement de l’organisme

http://www.bon-coin-sante.com/blog-sante-sans-prise-de-tete/actualites-sante/un-perturbateur-endocrinien/

L’exposition à certaines substances toxiques peut par exemple perturber la fonction reproductrice, avec la création d’anomalies au niveau des organes reproducteurs, baisse de qualité du sperme, etc…

Ces substances se comportent comme des hormones et peuvent interagir avec notre système hormonal, d’où le terme de « perturbateurs endocriniens ».

Une liste des perturbateurs endocriniens

C’est bien joli tout ça, mais on entend parler de perturbateurs endocriniens à tout va, encore faudrait-il savoir identifier toutes les substances qui correspondent à ces fameux perturbateurs. Si les effets nocifs des perturbateurs endocriniens sont difficiles à prouver, la recherche actuelle se focalise sur 5 familles de substances douteuses:

  • 1. Les Parabènes.
  • 2. Les Bisphénol A.
  • 3. Les Phtalates.
  • 4. Les Composés perfluorés.
  • 5. Les Composés polybromés.

Nous sommes tous exposés à ces substances toxiques via notre alimentation, notre respiration et notre peau. Par mesure de précaution, les autorités sanitaires ont défini pour certains perturbateurs endocriniens une dose maximale d’exposition. Or nos expositions sont tellement diverses et variables, qu’il est bien difficile de savoir exactement à quelle dose nous sommes réellement exposés quotidiennement, sans parler des effets combinés (exposition simultanée à plusieurs substances).

Dans quoi se cachent les perturbateurs endocriniens ?

1.Le bisphénol A

Le bisphénol A fait beaucoup parler de lui en ce moment, ce composé chimique rend les plastiques incassables et résistants à la chaleur. Autrement dit, il y en a partout et plus principalement dans les plastique dur et transparent, et même à l’intérieur des boîtes de conserve: bouteilles plastiques, gobelets, assiettes et couverts en plastique, lunettes de soleil, téléphones portables, jouets, cannettes…
S’il est aujourd’hui difficile d’y échapper, on peut au moins limiter l’usage des plastiques alimentaires : bouteilles et récipients en verre, plats en inox, etc… Et surtout, évitez de faire chauffer au four micro-ondes un plat ou une barquette en plastique, car ce fameux bisphénol A passe dans les aliments sous l’effet de la chaleur !

Evitez donc d’acheter des produits qui affichent les signes BPA ou PC (polycarbonate).

Nota : la Commission européenne a voté l’interdiction du bisphénol A dans les biberons au printemps 2011 ?!? Mais pas pour le reste, donc ce qui est dangereux pour bébé ne l’est pas pour maman ou papa ?…C’est à mourir de rire !

2. Les parabènes

Les parabènes sont des conservateurs très abondamment utilisés dans les cosmétiques, aliments, boissons et médicaments. Butylparaben ou propylparabens, également mentionné parahydroxybenzoate de propyl. Les parabènes se cachent aussi sous divers codes: E214, E215, E218, E219…

Pour ne pas se tromper au niveau de votre alimentation, privilégiez le bio pour limiter les conservateurs en général. Pour le reste lisez les étiquettes pour éviter les produits qui en contiennent. Encore plus simple, il suffit de privilégier les produits qui affichent clairement sur leur emballage : « sans parabènes ».

3. Les phtalates

Les phtalates contrairement au bisphénol A, sont incorporés aux plastiques pour leur donner de la souplesse, ils sont présents dans les emballages alimentaires, rideaux de douches, certains dispositifs médicaux, etc… Les phtalates sont également utilisés pour dénaturer l’alcool dans les produits cosmétiques et particulièrement les parfums.

Certains de ces phtalates sont interdits dans les jouets et les articles de puériculture. Une forte odeur de plastique dégagée par les produits neufs peuvent nous aider à repérer leur présence, les emballages alimentaires portant le code de recyclage n°3, le nom diéthylphtalates ou DET dans la liste des ingrédients des cosmétiques, les termes « alco(h)ol dénat » et « ethanol » indiquent également les présences de phtalates.

Nota : Pas de micro-ondes ni de lave-vaisselle pour ces plastiques, bien aérer longuement et souvent en cas d’achat de produit ou matériel plastique neuf, pour évacuer les fortes émanations de phtalates !

4. Les composés perfluorés

Les composés perfluorés sont présents dans les ustensiles de cuisson antiadhésifs, dans les produits imperméabilisés et traités antitaches (moquettes, vêtements, cartons alimentaires…).

Lorsque vous faites la cuisine, évitez de rayer les revêtements antiadhésifs et remplacez-les dès les premiers signes d’usure. Pour les vêtements et les tissus d’ameublement, favorisez les produits affichant « sans composés perfluorés » ou « sans PFOA ».

Au niveau de l’alimentation, les composés perfluorés se concentrent dans les poissons gras (saumon, maquereau…) en raison du rejet industriel.

5. Les composés polybromés

Moins connus, les composés polybromés sont des retardateurs de flamme, les (CPB & PBDE) ils sont incorporés dans les produits inflammables : sièges, télé, ordinateurs, vêtements, capitonnage, tissus d’ameublement…

Ils sont libérés petit à petit dans l’air ambiant, ils se concentrent dans l’habitacle de notre voiture, notre bureau et notre logement : il est donc impératif d’aérer tous les jours, et encore plus après l’achat de matériels et produits neufs.

Dans l’alimentation les composés polybromés s’accumulent dans les produits riches en graisses, grâce encore une fois aux rejets industriels. On en retrouve dans les poissons, le lait, la viande… Pour s’en protéger il suffit de privilégier les produits le plus naturels possibles.

Conclusion

En attendant que d’autres études évaluent et confirment les risques sanitaires réels dus à ces substances, nous devons éliminer au maximum ces molécules par quelques petits gestes quotidiens, dans le choix de notre alimentation, de nos cosmétiques, de nos ustensiles de cuisine, et en aérant quotidiennement notre logement, voiture et lieu de travail.

Ajout du 27 juillet 2015

Perturbateurs endocriniens : les lobbies intoxiquent à nouveau l’Europe
A Bruxelles, l’industrie chimique sabote la réglementation des perturbateurs endocriniens…

Lire la suite