Robert Redeker : l’utopie progressiste débouche sur l’enfer

Par Vincent Tremolet de Villers – Publié le 12/06/2015 à 18:08

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/06/12/31003-20150612ARTFIG00316-robert-redeker-l-utopie-progressiste-debouche-sur-l-enfer.php

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Dans son nouvel ouvrage, le philosophe Robert Redeker analyse la mort de la «religion du progrès» dans nos sociétés occidentales. Il en explique les causes et les conséquences dans un entretien fleuve accordé au Figarovox.


Professeur agrégé de philosophie, Robert Redeker est écrivain. Son dernier livre «Le progrès, point final?» vient de paraître aux éditions Ovadia.


FIGAROVOX. – L’idée de progrès, expliquez-vous, n’est plus le moteur des sociétés occidentales. Partagez-vous le constat de Jacques Julliard qui explique que le progrès qui devait aider au bonheur des peuples est devenu une menace pour les plus humbles?

Robert REDEKER. – Le progrès a changé de sens. De promesse de bonheur et d’émancipation collectifs, il est devenu menace de déstabilisation, d’irrémédiable déclassement pour beaucoup. Désormais, on met sur son compte tout le négatif subi par l’humanité tout en supposant que nous ne sommes qu’au début des dégâts (humains, économiques, écologiques) qu’il occasionne. Le progrès a été, après le christianisme, le second Occident, sa seconde universalisation. L’Occident s’est planétarisé au moyen du progrès, qui a été sa foi comme le fut auparavant le christianisme. Il fut l’autre nom de l’Occident.

Aujourd’hui plus personne ne croit dans le progrès. Plus personne ne croit que du seul fait des années qui passent demain sera forcément meilleur qu’aujourd’hui. Le marxisme était l’idéal-type de cette croyance en la fusion de l’histoire et du progrès. Mais le libéralisme la partageait souvent aussi. Bien entendu, les avancées techniques et scientifiques continuent et continueront. Mais ces conquêtes ne seront plus jamais tenues pour des progrès en soi.

Cette rupture ne remonte-t-elle pas à la seconde guerre mondiale et de la découverte des possibilités meurtrières de la technique (Auschwitz, Hiroshima)?

Ce n’est qu’une partie de la vérité. L’échec des régimes politiques explicitement centrés sur l’idéologie du progrès, autrement dit les communismes, en est une autre. L’idée de progrès amalgame trois dimensions qui entrent en fusion: technique, anthropologique, politique. Le progrès technique a montré à travers ses possibilités meurtrières sa face sombre. Mais le progrès politique -ce qui était tenu pour tel- a montré à travers l’histoire des communismes sa face absolument catastrophique. Dans le discrédit général de l’idée de progrès l’échec des communismes, leur propension nécessaire à se muer en totalitarismes, a été l’élément moteur. L’idée de progrès était depuis Kant une idée politique. L’élément politique fédérait et fondait les deux autres, l’anthropologique (les progrès humains) et le technique.

Les géants d’Internet Google, Facebook, promettent des lendemains heureux, une médecine performante et quasiment l’immortalité, n’est-ce pas ça la nouvelle idée du progrès?

Il s’agit du programme de l’utopie immortaliste. Dans le chef d’œuvre de saint Augustin, La Cité de Dieu, un paradis qui ne connaît ni la mort ni les infirmités est pensé comme transcendant à l’espace et au temps, postérieur à la fin du monde. Si ces promesses venaient à se réaliser, elles signeraient la fin de l’humanité. Rien n’est plus déshumanisant que la médecine parfaite et que l’immortalité qui la couronne. Pas seulement parce que l’homme est, comme le dit Heidegger, «l’être-pour-la-mort», mais aussi pour deux autres raisons.

D’une part, parce qu’un tel être n’aurait besoin de personne, serait autosuffisant. D’autre part parce que si la mort n’existe plus, il devient impossible d’avoir des enfants. C’est une promesse diabolique. Loin de dessiner les contours d’un paradis heureux, cette utopie portée par les géants de l’internet trace la carte d’un enfer signant la disparition de l’humanité en l’homme. Cet infernal paradis surgirait non pas après la fin du monde, comme chez saint Augustin, mais après la fin de l’homme. Une fois de plus, comme dans le cas du communisme, l’utopie progressiste garante d’un paradis déboucherait sur l’enfer.

La fin du progrès risque-t-elle de réveiller les vieilles religions ou d’en créer de nouvelles?

Le temps historique des religions comme forces de structuration générale de la société est passé. Cette caducité est ce que Nietzsche appelle la mort de Dieu. La foi dans le progrès -qui voyait dans le progrès l’alpha et l’oméga de l’existence humaine- a été quelques décennies durant une religion de substitution accompagnant le déclin politique et social du christianisme. Du christianisme, elle ne gardait que les valeurs et la promesse d’un bonheur collectif qu’elle rapatriait du ciel sur la terre. Bref, elle a été une sorte de christianisme affaibli et affadi, vidé de toute substance, le mime athée du christianisme. Les conditions actuelles -triomphe de l’individualisme libéral, règne des considérations économiques, course à la consommation, mondialisation technomarchande-, qui sont celles d’un temps où l’économie joue le rôle directeur que jouaient en d’autres temps la théologie ou bien la politique, sont plutôt favorables à la naissance et au développement non de religions mais de fétichismes et de fanatismes de toutes sortes. L’avenir n’est pas aux grandes religions dogmatiquement et institutionnellement centralisées mais au morcellement, à l’émiettement, au tribalisme du sentiment religieux, source de fanatismes et de violences.

Peut-on dire que vous exprimez en philosophie ce que Houellebecq montre dans Soumission: la fin des Lumières?

Il doit y avoir du vrai dans ce rapprochement puisque ce n’est pas la première fois qu’ l’on me compare à Houellebecq, le talent en moins je le concède. Ceci dit dans ma réflexion sur le progrès je m’appuie surtout sur les travaux décisifs de Pierre-André Taguieff auquel je rends hommage. Ce dernier a décrit le déclin du progrès comme «l’effacement de l’avenir». Peu à peu les Lumières nous apparaissent comme des astres morts, dont le rayonnement s’épuise. Rien n’indique qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle. Cependant, cet achèvement n’est non plus la revanche des idées et de l’univers vaincus par les Lumières. Elle n’annonce pas le retour des émigrés! Cette fin des Lumières n’est pas la revanche de Joseph de Maistre sur Voltaire!

Le conservatisme, vu comme «soin du monde» va-t-il remplacer le progressisme?

Les intellectuels ont le devoir d’éviter de se prendre pour Madame Soleil en décrivant l’avenir. Cette tentation trouvait son origine dans une vision nécessitariste de l’histoire (présente chez Hegel et Marx) que justement l’épuisement des Lumières renvoie à son inconsistance. Pourtant nous pouvons dresser un constat. Ce conservatisme est une double réponse: au capitalisme déchaîné, cet univers de la déstabilisante innovation destructrice décrite par Luc Ferry (L’Innovation destructrice, Plon, 2014), et à l’illusion progressiste. Paradoxalement, il s’agit d’un conservatisme tourné vers l’avenir, appuyé sur une autre manière d’envisager l’avenir: le défunt progressisme voulait construire l’avenir en faisant table rase du passé quand le conservatisme que vous évoquez pense préserver l’avenir en ayant soin du passé. La question de l’enseignement de l’histoire est à la croisée de ces deux tendances: progressiste, l’enseignement de l’histoire promu par la réforme du collège est un enseignement qui déracine, qui détruit le passé, qui en fait table rase, qui le noie sous la moraline sécrétée par la repentance, alors que l’on peut envisager un enseignement de l’histoire qui assurerait le «soin de l’avenir» en étant animé par le «soin du passé».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s