En Allemagne, la presse s’interroge sur Andreas Lubitz, le «pilote amok»

La une de Bild consacrée à Andreas Lubitz.

Les journaux allemands livrent ce matin de nombreuses informations sur le lourd passé psychiatrique du copilote de Germanwings.

Amok est un mot d’origine malaise pour désigner un «coup de folie meurtrière». La presse allemande l’utilise d’habitude pour qualifier les gens qui commettent des massacres dans les écoles. Ce matin, Bild titre «Der Amok-Pilot». C’est le tabloïd qui révèle les preuves de ce qu’on pressentait, après avoir eu accès à son dossier médical: Andreas Lubitz souffrait de graves troubles psychiatriques.

En 2009, il s’agissait bien «d’ attaques de peur-panique» qui l’avaient poussé à interrompre sa formation de pilote. Le centre aéromédical de la Lufthansa contacté par Bild, confirme cette information et affirme avoir signalé aux autorités fédérales du transport aérien ( Luftfahrt Bundesamt) que l’élève-pilote avait subi un «épisode dépressif profond mais décroissant». Lors du stage de Phoenix (Arizona), passage obligé des futurs pilotes de la Lufthansa, les Américains l’avaient listé dans la catégorie inapte au vol. Dans son dossier figure la mention «SIC», un acronyme signifiant la nécessité d’un «suivi médical régulier spécial».

Plusieurs journaux reprennent des informations provenant de sources proches de l’enquête selon lesquelles le pilote de la Germanwings traversait en ce moment «une grave crise personnelle liée à la situation du couple» qu’il formait avec sa petite amie. Les journaux allemands font tous leur une sur ce «copilote qui a provoqué la chute de l’avion» (Frankfurter Allgemeine Zeitung), cet «homme à risques» (Tageszeitung). Le Tagesspiegel titre «Enquêteurs, c’était le copilote». Sidérée, la société allemande a du mal à réaliser que ce ce garçon «sain, poli, sympathique, drôle» puisse être l’auteur de ce drame invraisemblable.

Dans la presse allemande, il est également fait écho du talk-show de la première chaine mercredi soir. L’ancien ministre des Transports Peter Ramsauer a remis en cause les révélations de la journée car «l’interprétation d’un procureur peut-être démentie par l’enquête» et un expert en aviation disait que les enquêteurs avaient déjà accusé des pilotes pour protéger les intérêts d’Airbus”. Des propos tenus avant les informations sur le lourd passé psychiatrique d’Andreas Lubitz.

http://www.lefigaro.fr/international/2015/03/27/01003-20150327ARTFIG00031-en-allemagne-la-presse-s-interroge-sur-andreas-lubitz-le-pilote-amok.php

Cette piste avait déjà été évoquée lors de la disparition du vol malaisien MH370:

Boeing disparu: et si les pilotes avaient succombé au syndrôme de l’Amok…

Publié le 19/03/2014

Intérieur du cockpit d'un Boeing 787.

INTERVIEW – Parmi les pistes étudiées, la crise de folie meurtrière d’un des pilotes n’est pas exclue. Un comportement qui porte un nom dans la culture asiatique : l’Amok, explique Rebecca Duvillié, ethnopsychologue à l’Université Paris V.

Après dix jours de recherches intensives, la disparition du Boeing 777 de Malaysian Airlines reste toujours inexpliquée. Les deux pilotes sont au centre de l’enquête, alors que la trajectoire de l’appareil a manifestement été modifiée par quelqu’un présent dans le cockpit qui maîtrisait le fonctionnement de l’avion. La piste d’un détournement ou d’un suicide plane. Dans la culture asiatique, la crise de folie d’un seul homme porte un nom: l’Amok. Ce phénomène a passionné scientifiques et écrivains, à l’image de Stefan Zweig qui en a tiré une nouvelle devenue un classique de la littérature. Rebecca Duvillié, ethnopsychologue à l’université Paris 5, explique au Figaro dans quelle mesure cette pathologie psychiatrique n’est pas à exclure du champ des recherches.

LE FIGARO – Que désigne l’Amok, cette crise de folie meurtrière qui mène au suicide?

REBECCA DUVILLIÉ: C’est une maladie psychiatrique observée dans plusieurs pays asiatiques comme la Malaisie ou les Philippines. Elle a été théorisée dans les années 1950 par des ethnologues et des psychiatres. Parmi eux, il y a Georges Devereux, le fondateur de l’ethnopsychiatrie. Dans les cultures traditionnelles, l’Amok désigne la course soudaine, effrénée et meurtrière d’un homme possédé par un esprit vengeur. C’est une pathologie exclusivement masculine. Les coureurs d’Amok sont des guerriers humiliés, qui n’arrivent pas à leur dessein. L’issue logique est le suicide.

Pourquoi l’Amok concernerait uniquement les personnes de culture asiatique?

Une maladie s’inscrit dans une culture, un contexte social. C’est ce qu’on intègre en ethnopsychiatrie. Georges Devereux l’expliquait ainsi: lorsqu’un individu a des pulsions psychiatriques, c’est sa culture qui lui prescrit comment les exprimer. D’un point de vue occidental, nous parlerions de pathologie psychiatrique. Mais dans leur culture, c’est une forme de punition qui se traduit par un envoûtement d’esprits vengeurs. Et ce contexte culturel est essentiel pour comprendre cette maladie.

Peut-on prévoir et prévenir une crise d’Amok?

Non, absolument pas. Le coureur d’Amok n’a pas nécessairement de prédispositions psychiatriques. Il peut passer à l’acte de manière imprévisible dans n’importe quel contexte.

En plein vol, par exemple?

Ce pourrait être une hypothèse à envisager dans l’enquête sur la disparition du Boeing. Il faudrait observer le contexte familial des personnes dans le cockpit: quelles étaient leurs croyances, leur représentation du monde ou leurs critères de la normalité. Mais quoi qu’il en soit, il n’aurait probablement pas été possible de déceler ce type de penchant en amont. Les tests de recrutement des pilotes ne sont pas faits pour les détecter.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/03/19/01016-20140319ARTFIG00053-boeing-disparu-et-si-les-pilotes-avaient-succombe-au-syndrome-de-l-amok.php

« Amok », terme popularisé par le célèbre roman de Stefan Zweig en 1922:

Amok - Stefan Zweig

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s